Pourquoi effectuer des recherches sur les prisonniers durant la Grande Guerre ?

Mais pourquoi prendre comme sujet de recherche les prisonniers au cours de la Première Guerre mondiale ? N’a-t-on pas tout dit au sujet de cette guerre ? Ne connait-on pas tout ce qu’il y a savoir ?

Non, tout n’est pas connu concernant la Première Guerre mondiale. De nombreuses interrogations restent sans réponse. Par exemple comment les soldats “morts pour la France” sont-ils décédés ? Les fiches nous donnent des explications telles que “tué par balle” ou “touché par un éclat d’obus”. Oui, mais concrètement, quels dégâts étaient occasionnés. Les hommes sont-ils plus morts de blessures à la tête, au poitrail, aux membres ? Nous ne pouvons le dire.

Concernant les prisonniers de cette guerre, de nombreux points restent à éclaircir mais, certains à priori sont également à combattre.

A priori n°1 : il y a de nombreuses archives

Oui et non.

Oui, les quantités d’archives sont plus conséquentes que pour les conflits précédents. Mais par rapport au volume produit, peu de papiers sont arrivés jusqu’à nous. Plusieurs explications existent à ce phénomène. Il y eu tout d’abord de nombreuses destructions juste après guerre. Quel intérêt en effet de conserver tous les documents ? Encore aujourd’hui nous ne conservons pas tous les papiers que nous produisons.

Cette première sélection subit les dégâts d’autres conflits. Par exemple le journal du camp d’Ingolstadt intitulé Le Can-camp fut longtemps conservé à la Staatsbibliothek de Berlin. Mais il fut perdu durant la Seconde Guerre mondiale.

Enfin, certaines archives conservées par des familles sont inconnues des historiens (carnets de souvenirs, photographies, journaux, objets…). Pour s’en faire une idée, il suffit de regarder sur les sites d’enchères. L’ampleur des documents et objets concernant les prisonniers à vendre est surprenante.

A priori n°2 : il existe des listes de prisonniers

Non, il n’existe pas de listes de prisonniers exhaustives.

Il n’est donc pas possible de simplement consulter la liste des prisonniers du camp d’Ohrdruf ou de Gardelegen.

Il est vrai que des listes parurent dans la Gazette des Ardennes, mais elles ne le furent qu’au début de la guerre et sont loin d’être complètes.

D’autres listes peuvent être consultées auprès de la Croix-Rouge, mais il n’est pas possible d’effectuer une recherche par camp par exemple. La recherche dans ces listes ne se fait que par l’identité du prisonnier.

A priori n°3 : de nombreux historiens se sont penchés sur la question des prisonniers

Non. Il est faux de dire que de nombreux historiens ont étudié les prisonniers de la Grande Guerre. Nous pourrions même dire qu’ils sont bien peu.

Nous pouvons citer Odon Abbal1, Annette Becker2, Heather Jones3, Uta Hinz4, Frédéric Médard5 ou Jochen Oltmer6.

A priori n°4 : le tour de la question a déjà été fait

Là encore non. Nous dirions que le terrain est à peine débroussaillé. Les historiens cités précédemment ont déjà effectué un gros travail. Malheureusement, force est de constater qu’ils n’ont pu réaliser qu’un travail d’ordre général. Nous entendons par là qu’ils ont effectué des recherches sur l’ensemble des camps. Cela les a empêchés de voir certains détails qui modulaient ou allaient à l’inverse de ce qu’ils avaient pu comprendre. Ainsi les mauvais traitements des Allemands contre les prisonniers apparaissent comme la norme alors qu’il conviendrait de grandement nuancer cela. Mais nous y reviendrons dans un prochain billet.

De même, les lectures des prisonniers, ce qu’ils jouaient au théâtre, leur connaissance du déroulement de la guerre… tout cela est à approfondir. Nous nous y sommes efforcés dans notre mémoire7.

Il nous semble également indispensable d’aider à reconstituer des listes de prisonniers par camp et de contacter des descendants. C’est ce que nous avons commencé à faire pour le camp de Quedlinburg8. Ce travail a déjà prouvé l’utilité de la démarche. En effet, de nombreux descendants ont partagé leurs archives qui nous éclairent grandement sur la vie du camp de Quedlinburg mais aussi sur les autres camps.

Le présent carnet de recherche a pour but de compléter la recherche sur les captifs de la Grande Guerre en réalisant des focus sur certains points et en posant quelques questions scientifiques, mais aussi en présentant certaines méthodes qui nous semblent d’une grande utilité.



Citer ce billet
Davye Cesbron (2022, 29 janvier). Pourquoi effectuer des recherches sur les prisonniers durant la Grande Guerre ? Prisonniers durant la Grande Guerre (1914-1918). Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t0s6

  1. ABBAL Odon, 2001, Soldats oubliés : les prisonniers de guerre français, Bez-et-Esparon, Études & Communication Editions, 2001, 272 p. []
  2. BECKER Annette, 2012, Oubliés de la Grande Guerre. Humanitaire et culture de guerre 1914-1918, Paris, Fayard, Pluriel, 396 p. []
  3. JONES Heather, 2011, Violence against Prisoners of War in the First World War: Britain, France and Germany, 1914–1920, Cambridge University Press, 468 p. []
  4. HINZ Uta, 2006, Gefangen im Großen Krieg. Kriegsgefangenschaft in Deutschland 1914-1921, Essen, Klartext Verlag, 392 p. []
  5. MÉDARD Frédéric, 2010, Les prisonniers en 1914-1918 : acteurs méconnus de la Grande Guerre, Saint-Cloud, Soteca, 355 p. []
  6. OLTMER Jochen (dir.), 2005, Kriegsgefangene im Europa des Ersten Weltkriegs (Krieg in der Geschichte) (Deutsch) Gebundene Ausgabe, Paderborn, Ferdinand Schöningh Verlag, 308 p. []
  7. Davye Cesbron, Le Tuyau : journal du camp de prisonniers de Quedlinburg durant la Grande Guerre, mémoire de diplôme de l’EHESS, 2022. []
  8. http://www.camp-de-quedlinburg.fr/ []

Davye Cesbron

Spécialiste des camp de prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Aujourd'hui masterante à l'EHESS sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau. Admise au diplôme de l'EHESS à Paris "avec distinction", (Le Tuyau: journal du camp de prisonniers de Quedlinburg durant la Grande Guerre), sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau en alliant histoire et archéologie. De plus, elle travaille en collaboration avec l'historien allemand Thomas Wozniak sur les relations entre allemandes et prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Elle publie le site http://www.camp-de-quedlinburg.fr .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search