Aménagement des camps : les baraques

Des baraques furent construites dans les camps en Allemagne dès septembre 19141.

Extérieur des baraques

Proposition de restitution d’une baraque de camp de prisonniers

D’après les fouilles archéologiques réalisées sur le site du camp de Quedlinburg, ces baraques mesuraient 50 m de long sur 15 à 20 m de largeur, soit une surface minimale au sol de 750 m². Cela est d’ailleurs confirmé par différents témoignages.

Toutefois ces mesures pouvaient varier d’un camp à l’autre. Ainsi dans le camp de Nürnberg (Nuremberg) elles faisaient 100 m de long pour 10 m de large2.

Papier goudronné mis au jour lors des fouilles archéologiques du camp de Quedlinburg

 

Dans tous les cas, les baraques étaient en bois et recouvertes d’un toit protégé de papier goudronné.

 

 

Enfin, chaque baraque portait un numéro.

Exemple d’un numéro de baraque.
Source : Schlossmuseum de Quedlinburg

Intérieur des baraques

Les baraques étaient chauffées par des poêles alimentés par du charbon. Elles disposaient également de l’électricité.

Les couchages étaient constitués de paillasses (en vert sur la restitution) rembourrées de sciure de bois.

Enfin, chaque baraque était divisée en 2 chambrées classées A ou B. Ainsi, il était possible de trouver une baraque 18 A, une 18 B, 22 A ou 22 B.

Proposition de restitution d’une baraque de prisonniers au début de l’année 1915.

Puis les captifs construisirent du mobilier tel que des tables ou des bancs et, par la suite des lits (cf. image ci-dessous)

Un prisonnier à l’intérieur d’une baraque du camp de Wittenberg.
Source : Laurens Jean-Pierre (1875-1932), Prisonnier de guerre à l’intérieur d’un Stalag entre 1915 et 1917, 2019.42.25, Localisation : Paris, musée de l’Armée
Photo (C) Paris – Musée de l’Armée, Dist. RMN-Grand Palais / Emilie Cambier (autorisation PAR0173125)

Nombre de captifs par chambrée

Ce chiffre varia régulièrement au gré des transferts de prisonniers ou de l’arrivée de nouveaux détenus, mais aussi en fonction des déménagements organisés au sein du camp.

Par exemple, en novembre 1914, une chambrée contenait 146 prisonniers3.



Citer ce billet
Davye Cesbron (2022, 30 janvier). Aménagement des camps : les baraques. Prisonniers durant la Grande Guerre (1914-1918). Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t0s7

  1. Marcel Riegel, Souvenirs de Guerre – 1914-1918, Paris, La Cause des Livres, 2008, p.148. []
  2. Maurice Audubert, « Notes biographiques sur le camp », Le Canard, n° 28, 2e année, 15 avril 1917, p. 2. []
  3. Marcel Parmentier, carnets de souvenir, argonnaute.parisnanterre.fr https://argonnaute.parisnanterre.fr/ark : / 14707/a011595511479xE7oGC/from/a011595511479mgWv5E , carnet 1, 27 novembre 1914, p. 68. []

Davye Cesbron

Spécialiste des camp de prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Aujourd'hui masterante à l'EHESS sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau. Admise au diplôme de l'EHESS à Paris "avec distinction", (Le Tuyau: journal du camp de prisonniers de Quedlinburg durant la Grande Guerre), sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau en alliant histoire et archéologie. De plus, elle travaille en collaboration avec l'historien allemand Thomas Wozniak sur les relations entre allemandes et prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Elle publie le site http://www.camp-de-quedlinburg.fr .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search