Les carnets de souvenirs et témoignages

Effectuer une recherche sur les prisonniers de la Première Guerre mondiale ne peut se faire sans lire des carnets de souvenirs et des témoignages. Il convient toutefois de bien les remettre dans leur contexte d’écriture.

Témoignages écrits après la libération

Les témoignages écrits par les ex-captifs peuvent nous donner de nombreux éléments sur la vie dans les camps. Ils sont toutefois à relativiser.

Par exemple le témoignage d’Ernest Kimpflin, donné en 1919 au travers d’un discours était clairement à charge contre les Allemands qu’il ne cessa d’appeler “Boches”. Il y décrivit principalement les violences et punitions subies. Il conclut ” Je pourrais encore citer d’autres faits. Mais, tout nous amèneraient à cette conclusion, que les Allemands se sont conduits, vis à vis des prisonniers, comme des “Barbares”1 .

De même, l’ex-prisonnier J.Burusi témoigna en 1930 de mauvais traitements infligés aux captifs2.

Ces témoignages s’inscrivaient dans l’esprit de l’époque, visant à démontrer que les Allemands n’avaient pas bien traité les prisonniers. Cela servait ainsi la cause des anciens captifs qui étaient parfois accusés par les Français de s’être rendus trop facilement aux Allemands. En ne mettant l’accent que sur les mauvais traitements, les ex-détenus désiraient montrer qu’ils avaient eux aussi connu des horreurs et risqué leurs vies. Ils devaient donc être traités comme les autres soldats.

Extrait du témoignage d’Ernest Pin, collection Bernadette Verdeil.

Toutefois, certains témoignages de prisonniers écrits à l’intention de leurs descendants pour décrire une période de leur vie se révèlent très instructifs. Par exemple, le témoignage Ernest Pin3 regorge de détails sur les différents bâtiments des camps, l’organisation interne des camps, les représailles, les relations entre détenus et Allemandes ou encore les évasions.

Carnets écrits durant la captivité

Extrait des carnets de Paul Bidault, AD du Loiret, cote 6 NUM 48.

Souvent, les carnets de souvenirs qui nous sont parvenus ont dû être cachés aux Allemands.

Il s’agit de carnets écrits jour après jour. Leur lecture peut paraître éprouvante, car leurs auteurs parlent invariablement de la météo et des menus.

Cependant, la persévérance est de mise. En lisant intégralement ces récits, nous pouvons apprendre des choses sur le moment de la capture ou sur des détails de la vie dans les camps comme l’aménagement des baraques, l’organisation des corvées, le marché noir, mais aussi les relations (bonnes et mauvaises) avec les Allemands.

Pour avoir une bonne idée de l’organisation d’un camp, l’idéal est de consulter un maximum de carnets. Par exemple, ceux de Paul Bidault4 nous donnent des détails sur les arbeitskommandos, notamment dans les mines. Ceux de Marcel Parmentier5 par contre offrent de nombreux éléments sur l’organisation dans les camps et les relations entre prisonniers.

Où trouver ces carnets et témoignages ?

Pour consulter ces carnets et témoignages, il faut multiplier les recherches.

Tout d’abord, il convient de regarder du côté des livres édités. Ainsi le témoignage de Charles Gueugnier fut édité en 19986.

Mario Meunier, “Un camp de représailles”, Le réveil des A.P.G., n°22, mai 1925, p. 4.

Certains ont paru dans les journaux comme le récit de Mario Meunier édité dans Le réveil des A.P.G. à partir de 19257.

De plus, il ne faut pas hésiter à effectuer des recherches dans les inventaires des Archives Départementales ou encore à La Contemporaine. Cette dernière conserve des carnets de prisonniers souvent peu étudiés.

Enfin, il est nécessaire de contacter différents descendants de captifs. En effet, la plupart des carnets et témoignages sont conservés dans des archives privées. Loin d’être réticents à les communiquer, les descendants sont bien souvent heureux de les partager. Vous pourrez leur demander de les numériser ou de vous les prêter pour numérisation.

Pour citer cet article: Davye Cesbron, "Les carnets de souvenirs et témoignages," in Prisonniers durant la Grande Guerre (1914-1918), 31/01/2022, https://prisonniers.hypotheses.org/1185.
  1. Erenet Kimpflin, discours prononcé à la Brasserie “LE GLOBE” le soir de la remise de ses décorations, septembre 1919. []
  2. J.Burusi, “Scène de la vie de captivité dédiée à nos détracteurs”, Le Réveil des A.P.G. du Centre, n°76, mai-juin 1930 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7589434s/f3.item.zoom []
  3. http://prisonniers.camp-de-quedlinburg.fr/pinsouvenirs.html []
  4. Paul Bidault, AD du Loiret, cote 6 NUM 48 []
  5. Marcel Parmentier, carnets de souvenir, argonnaute.parisnanterre.fr https://argonnaute.parisnanterre.fr/ark : / 14707/a011595511479xE7oGC/from/a011595511479mgWv5E []
  6. Charles Gueugnier, Les carnets de captivité de Charles Gueugnier, 1914-1918, Toulouse, Accord édition, 1988 /906 []
  7. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75893813/f1.image.r=mario%20meunier%20quedlinburg?rk=21459;2 []

Davye Cesbron

Spécialiste des camp de prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Recherches sur le camp de Quedlinburg commencées en 2004. Actuellement en 2e année de préparation au diplôme de l'EHESS à Paris, son sujet porte sur le journal du camp de prisonniers de Quedlinburg durant la Grande Guerre : Le Tuyau, sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau en alliant histoire et archéologie. Elle est licenciée de l'université Toulouse Jean-Jaurès en archéologie. De plus, elle travaille en collaboration avec l'historien allemand Thomas Wozniak sur les relations entre allemandes et prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Elle publie le site http://www.camp-de-quedlinburg.fr .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search