Le prisonnier de la Grande Guerre était “patativore”

La première préoccupation du prisonnier dans un camp en Allemagne était de se nourrir.

Prisonniers devant une des cuisines du camp de Quedlinburg.
Source : Marie-Madeleine RUCH.

Dans ses carnets, Paul Bidault fit 28 fois allusion à la faim qu’il ressentit durant les deux mois passés au camp de Giessen. Il écrivit “La faim prime tout, et rien n’intéresse plus entre les repas. Ce n’est vraiment pas ordinaire. Du matin jusqu’au soir c’est le sujet des conversations. Vraiment à ce régime le corps s’affaiblit, et il se pourrait bien que le cerveau s’en ressente aussi.1

Une ration de base

L’Allemagne était tenue, par les conventions de La Haye, de nourrir ses prisonniers. Les autorités prévoyaient donc un certain nombre de grammes d’aliments par homme et par jour comme le montrent ces deux exemples de menus hebdomadaires.

Menu du camp de Quedlinburg du 1er au 7 août 1915.
Source : Staatsbibliothek zu Berlin, 2685663-3.
Menu du camp de Dillingen sur Danube du 25 au 31 juillet 1915.
Source : Staatsbibliothek zu Berlin, 2685663-3.

… qui s’avère insuffisante

Mais l’Allemagne sous blocus allié peinait à nourrir sa population. Les grammages annoncés furent donc loin d’être les grammages réels.

Le café tout d’abord était constitué “d’une eau noire où ont bouilli des glands2.”

Les repas quant à eux, étaient en fait servis sous forme de soupe décrite en 1918 comme “de l’eau bouillante où flottent quelques feuilles de choux ou de raves avec des rutabagas souvent avariés3.”

A ce régime, les détenus souffrirent de la faim et perdirent du poids. Ainsi Norwan Cowan qui pesait 70 kg en entrant dans le camp en août 1918, n’en pesait plus que 38 à sa libération4.

D’autres moururent littéralement de faim notamment les Russes et les Italiens qui ne reçurent pas d’aides alimentaires de leurs pays.

L’importance de la pomme de terre

En regardant les menus ci-dessus, il est frappant de constater l’omniprésence des pommes de terre dans le régime des prisonniers. Les prisonniers eux-mêmes se définirent comme “patativores5”. Chaque détenu en aurait consommé entre 6 et 7 kg par semaine ! Il est donc fréquent de trouver, dans les journaux de camps, des recettes à base pommes de terre comme :

  • “les pommes de terre à la parisienne6” : pommes de terre cuites à l’eau avec de l’oignon, du thym, du persil et du laurier,
  • “les bouchée à la royale7” : pommes de terre au sel et aux biscuits,
  • “les pommes farcies”8” : pommes de terre rôti dans la graisse après les avoir remplies de farce,
  • “en robe de chambre”9 : pommes de terre bouillies avec du sel,
  • “ragout des poilus”10 : pommes de terre, oignons, carottes, navets, corned beef, sauce tomate, ail et laurier.

Reste que tous les prisonniers français se plaignirent qu’on leur servit des pommes de terre non épluchées. D’ailleurs, de nombreux témoignages parlent de soupe où flottaient des pelures de pommes de terre. Dès lors, ils n’hésitèrent pas à voler des pommes de terre dans les cuisine afin de les faire cuire eux-mêmes comme le prouve ce témoignage : “A onze heures, Narbonne [un prisonnier] rentre de la corvée, couvert de neige, mais content tout de même car il a réussi à chiper une dizaine de pommes de terre, lesquelles cuites au poêle par Bara [un prisonnier civil responsable d’un poêle de la baraque] augmenteront nos souper ce soir et demain11”. Si le prisonnier se faisait prendre, il risquait 2 heures de poteau. C’est ce qui arriva à un dénommé Guide qui “avait un peu forcé la mesure” en volant une soixantaine de pommes de terre12.

Dans certains camps, les captifs furent autorisés à cultiver des pommes de terre afin de se nourrir. Ainsi les Russes du camp de Quedlinburg récoltèrent-ils 50 tonnes de pommes de terre en 1918. Pour y arriver, ils épandirent les eaux des latrines du camp dans un champ à proximité13.

Toutefois pour améliorer leur quotidien, les détenus français purent compter sur la nourriture contenue dans les colis, qui feront l’objet d’un prochain billet.

 

Pour citer cet article: Davye Cesbron, "Le prisonnier de la Grande Guerre était “patativore”," in Prisonniers durant la Grande Guerre (1914-1918), 11/02/2022, https://prisonniers.hypotheses.org/1326.
  1. Paul Bidault, AD du Loiret, cote 6 NUM 48, carnet 3, 16 mars 1915, p. 21. []
  2. Émile Pin, Récit d’un Prisonnier de Guerre en 1914, collection Bernadette Verdeil, p. 71 []
  3. Ibid. []
  4. Richard Van Emden, Prisoners of the Kaiser : The last POWs of the Great War, Barnsley, South Yorkscher, Pen & Sword Books Ltd., 2000, p. 125. []
  5. Crapouillot, « Le Françousse », L’Exilé, n° 23, 28 janvier 1917, p. 1. []
  6. Lucien Lebrun, “La cuisine du prisonnier”, L’Écho du camp de Rennbahn, n°11, 19 août 1916, p. 4. []
  7. Tante Ative, “Après Brillat-Savarin”, Baracke ! n°19, 4 février 1917, p. 4. []
  8. Tante Emilienne, “Après Brillat-Savarin”, Baracke ! n°23, 4 mars 1917, p. 4. []
  9. D. Jeller, “Chronique culinaire”, Le Tas de Blagues, n°65, 1er octobre 1918, p. 2. []
  10. H. Quadry, “Conseils culinaires”, Le Canard, n°1, 15 août 1916, p. 2. []
  11. Marcel Parmentier, carnets de souvenir, argonnaute.parisnanterre.fr https://argonnaute.parisnanterre.fr/ark : / 14707/a011595511479xE7oGC/from/a011595511479mgWv5E carnet 2, 29 janvier 1915, p. 60. []
  12. Ibid., 14 février 1915, p. 76 []
  13. Émile Pin, Op. cit., p. 74 []

Davye Cesbron

Spécialiste des camp de prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Recherches sur le camp de Quedlinburg commencées en 2004. Actuellement en 2e année de préparation au diplôme de l'EHESS à Paris, son sujet porte sur le journal du camp de prisonniers de Quedlinburg durant la Grande Guerre : Le Tuyau, sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau en alliant histoire et archéologie. Elle est licenciée de l'université Toulouse Jean-Jaurès en archéologie. De plus, elle travaille en collaboration avec l'historien allemand Thomas Wozniak sur les relations entre allemandes et prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Elle publie le site http://www.camp-de-quedlinburg.fr .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search