Le prisonnier était-il un embusqué?

Maurice Barrès aurait dit des prisonniers qu’ils étaient des “chevaliers de la crosse en l’air1”. Les détenus français en Allemagne furent ainsi l’objet de plusieurs attaques. Par exemple, une journaliste les qualifia d’embusqués2. Il est vrai qu’à voir certaines cartes-photos envoyées par les prisonniers, il serait facile de penser qu’ils eurent “la belle vie”. Toutefois, ces photographies étaient un outil de propagande allemand. Il faut donc se pencher sur les témoignages écrits par les captifs.

Les prisonniers étaient-ils des embusqués ? – Source : Davye Cesbron.

Nous ne parlerons pas ici de la manière dont les soldats ont pu être capturés. Ces circonstances méritent à elles seules un billet tant elles furent variées. Disons pour résumer que beaucoup devinrent “pristots”, à la suite de blessures ou de coups de main allemands ainsi qu’en témoigne de nombreux récits.

La capture : un moment délicat

D’aucuns ont considéré les prisonniers comme des déserteurs, et ce dès 1914-1918. Ainsi le gouvernement italien décida de ne pas aider ces soldats faits prisonniers, dont beaucoup moururent de faim dans les camps d’Allemagne. Mais une fois les armes déposées, un prisonnier était-il réellement à l’abri de l’ennemi ? Pour avoir la réponse à cette question, il est nécessaire de lire quelques témoignages.

Les minutes suivant la reddition étaient probablement les plus cruciales. Ainsi Gabriel Chevallier raconte avoir fait un prisonnier en entrant dans une tranchée ennemie lors d’une attaque : “Devant moi, un second Allemand, béant de peur, les mains ouvertes à hauteur d’épaules. Bien ! Il se rend, laissons-le tranquille. […] Je fixe le prisonnier, ma rage subitement calmée, ne sachant que faire. A ce moment, une baïonnette, lancée violemment de la plaine, lui traverse la gorge, s’enfonce dans la paroi du boyau, la crosse du fusil portant sur le parapet. Un de nos hommes suit l’arme. […] La peur nous a rendus cruels. Nous avions besoin de tuer pour nous rassurer et nous venger. Pourtant, les Allemands qui ont échappé aux premiers coups s’en tireront indemnes. Nous ne pouvons nous acharner sur ces ennemis désarmés.3” Se rendre au cours d’une attaque était donc risqué car les probabilités de se faire tuer étaient très fortes. En effet, les soldats donnant l’offensive étaient alors dans une sorte de frénésie meurtrière.

Le captif ayant échappé au massacre devait ensuite gagner l’arrière du front ennemi. Les nerfs étant toujours à vif, les prisonniers étaient encore facilement tués comme l’expliqua Paul Saintesprit qui venait tout juste d’être capturé avec d’autres soldats : “Un sergent du 276 était tout près de nous; il avait quelque peu perdu son sang-froid. .. il ne réagit pas au commandement du Boche, celui-ci perd patience et… “pan” un coup de mauser dans le tas… Deux hommes s’affaissent !4

La vision d’un camarade tué pouvait également faire perdre toute notion d’humanité aux geôliers. Ainsi, un sergent français, fait prisonnier à Douaumont se décrivit lui-même comme un salaud en expliquant à ses camarades : “J’avais mon jeune frère à côté de moi [dans la tranchée]… engagé volontaire et qui était venu me rejoindre depuis quelques temps. Tout à coup !… il s’affaisse… sans un cri… une balle l’avait touché en pleine tête et il était là… étendu à côté de moi pour le compte… les yeux grands ouverts, tombé sans avoir pu dire un mot… Alors, fou de douleur et de rage, j’empoigne mon brownnig, et je descend dix, peut-être quinze prisonniers boches à mesure qu’ils passaient au bout du boyau. C’est après que j’ai compris l’horreur de mon acte irréfléchi, causé par cette rage que je ne pouvais surmonter… Je suis un salaud ! tirer sur des hommes sans défense, c’est dégueulasse !5

Enfin, les soldats capturés durent également échapper aux balles et aux obus français : ” Un groupe, se composant de quatre Français portant un blessé allemand dans une couverture, était à vingt mètres devant nous… Soudain, un obus nous fait l’impression de nous frôler la tête… “Bzi… bzi… bzi…” et l’engin vient éclater en plein sur le groupe ! Les cinq hommes volent littéralement en l’air, pulvérisés.6

Arrivés en Allemagne, les prisonniers ne sont pas hors de danger

Le prisonnier ayant été enfin transféré du côté allemand n’était pas pour autant sorti d’affaire. Il pouvait être envoyé dans un camp de représailles. Ce fut le cas par exemple d’Émile Pin, employé dans les tranchées allemandes de Leintrey, en Meurthe-et-Moselle7. Il ne fut donc pas à l’abri des balles et obus français ou anglais : “Que veut-on faire de nous ? Le chef du convoi me déclare alors; AU FRONT. et pour donner créance à ses mots, brusquement une volée de 4 obus arrive sur nous: je reconnais l’éclatement sec de notre 75, qui ne devrait pas nous être destiné: tout le monde s’est couché: nous avons un tué et deux blessés dont l’un grièvement qu’on laisse sur place8.”

Les détenus souffrirent également de la faim comme dans le camp de Geinslingen “à notre départ de Geinslingen, neuf tombes nouvelles se sont ouvertes au petit cimetière où reposent des victimes de l’inanition… de la FAIM? Sachez que dans le mois passé à ce camp, le poids de chaque prisonnier accuse des baisses incroyables : j’en au vu de 75 tomber à 45 : moi-même je passe de 54 à 41 KG9.”

Robert Younger, Rapport officiel sur l’épidémie de typhus au camp de Wittemberg, Lausanne, Payot, 1917. Source : Württembergische Landesbibliothek ( https://digital.wlb-stuttgart.de/index.php?id=6&tx_dlf%5Bid%5D=2033&tx_dlf%5Bpage%5D=1)

Un autre fléau qui toucha les captifs était constitué par les épidémies. Ainsi, le camp de Wittenberg fut rapidement connu pour son épidémie de typhus. Toutefois d’autres camps furent touchés tels que celui de Langensalza : “Quels atroces moments ! Le jour de Pâques 1915, nous vîmes une file qui nous paraissait interminable : c’étaient soixante cinq cercueils les uns derrière les autres… tous des camarades de Besançon ou de Franche-Comté…10

Enfin, les détenus pouvaient être tués lors des tentatives d’évasion et n’étaient pas à l’abri des violences de leurs geôliers. Le prisonnier Ernest Kimpflin témoigna : « Que de malheureux n’ai-je vu revenir [de la mine Marie-Louise à Ascherleben], contusionnés, la figure en sang, le crâne ouvert à moitié, les yeux tuméfiés,où avec une balle dans un membre, des trous dans le dos, dus aux coups de crosse, où des piqûres de baïonnettes dans le corps11

Avis d’un prisonnier, Constant Pourreau, capturé en 1918

Parmi les prisonniers eux-mêmes, certains considéraient les captifs comme des embusqués. Ce fut notamment le cas de Constant Pourreau capturé en 191812. Mais, rapidement, il put lui-même constater les effets du manque de nouvelles de sa famille et finit par écrire “Encore 200 colis, mon camarade Gouron en a deux d’annoncés le veinard. Serai-je complètement oublié ? Je ne crois pas pourtant. La Frangine doit bien encore penser à moi. Étant en perm je lui disais que les “pristots” étaient moins à plaindre que les “poilus” et c’est encore mon idée, mais une lettre me ferait bien plaisir ainsi qu’un petit colis.13. Un peu plus tard, il s’offusqua carrément lorsque Maurice Barrès surnomma les captifs “chevaliers de la crosse en l’air”, le qualifiant simplement de “salopard” qui “mériterait d’être correctionné”14. Comment et pourquoi Constant Pourreau changea-t-il si vite d’avis ?

Le manque de permission et de nouvelles de leurs proches avait un effet délétère sur les détenus engendrant la psychose ou maladie des barbelés. Maurice Béguin expliqua dans le journal de camp L’Intermède que les captifs étaient des fruits détachés de leur arbre en train de « blettir ». Dans cette métaphore, l’arbre était la « vie normale, la “vie courante”, ordonnée, celle où l’homme a son foyer, ses habitudes, proportionnées à sa condition et à sa capacité. (…) Les soldats de tous les fronts se retrouvent quelquefois, eux, en permission, dans leur vie normale; ils s’arrêtent, respirent un bon coup, à pleine goulée; nous, jamais15.” C’est ce qu’apprit à ses dépens Constant Pourreau.

Il comprit également assez vite que la camaraderie s’arrêtait aux quelques prisonniers avec qui il faisait la “popote” et dormait ” Ne se connaissant pas ou peu on ne sent pas besoin d’entamer de conversation. Seuls les camarades de captivité formant une petite association et les voisins de lit se fréquentent. Rarement on adresse la parole à celui qui est à l’autre bout de la chambre, quand par hasard on se rencontre dans la cour. On s’ignore.16”. Ainsi les prisonniers reformèrent des petites familles, singeant celles qu’ils pouvaient avoir avant-guerre17 afin de luter contre la neurasthénie. Constant Pourreau, comme les autres adopta ce mode de vie pour survivre.

Pour citer cet article: Davye Cesbron, "Le prisonnier était-il un embusqué?," in Prisonniers durant la Grande Guerre (1914-1918), 18/02/2022, https://prisonniers.hypotheses.org/1521.
  1. Constant Pourreau, Journal d’un millepattes embarbelé, Archives Départementales de la Gironde, cote 1 NUM 94, p. 64. []
  2. H. R. Bader, « La Médaille et son Revers », Baracke !, n° 14, 1er janvier 1917, p. 3-4. []
  3. Gabriel Chevallier, La peur, Le Livre de Poche, 2010 p. 306-307 https://prisonniers.hypotheses.org/1280. []
  4. Paul Saintesprit, Souvenirs de captivité 1915-1919. Les barbelés de Schneidemühl, 1946, p. 19. []
  5. Paul Saintesprit, op.cit, p. 69. []
  6. Paul Saintesprit, op.cit, p. 19. []
  7. Émile Pin, Récit d’un Prisonnier de Guerre en 1914, archives de Bernadette Verdeil []
  8. Ibid., p. 17 []
  9. Ibid., p. 23 []
  10. Paul Saintesprit, op.cit, p. 35. []
  11. Ernest Kimpflin, discours prononcé à la Brasserie “LE GLOBE” le soir de la remise de ses décorations, septembre 1919, p. 8. []
  12. Constant Pourreau, op. cit., 23 août 1918, p. 46. []
  13. Constant Pourreau, op. cit., 28 septembre 1918, p. 59. []
  14. Constant Pourreau, op. cit., 5 octobre 1918, p. 64. []
  15. Maurice Béguin, « Après trois Ans », L’Intermède, n° 72, 3e année, 25 mai 1918, p. 4. []
  16. Constant Pourreau, op. cit., 29 octobre 1918, p. 76. []
  17. Dufil-Barbelé (pseud.), « Variétés autour du camp », Le Tuyau, n° 2, 22 juillet 1915, p. 3. []

Davye Cesbron

Spécialiste des camp de prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Recherches sur le camp de Quedlinburg commencées en 2004. Actuellement en 2e année de préparation au diplôme de l'EHESS à Paris, son sujet porte sur le journal du camp de prisonniers de Quedlinburg durant la Grande Guerre : Le Tuyau, sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau en alliant histoire et archéologie. Elle est licenciée de l'université Toulouse Jean-Jaurès en archéologie. De plus, elle travaille en collaboration avec l'historien allemand Thomas Wozniak sur les relations entre allemandes et prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Elle publie le site http://www.camp-de-quedlinburg.fr .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search