“La Grande Illusion” de Jean Renoir

La Grande Illusion de Jean Renoir est un film sorti en 1937. Il connut un grand succès sauf en Allemagne où Joseph Goebbels le censura et est aujourd’hui encore considéré comme un chef-d’œuvre .

Pourquoi vous présentez un film ? Parce que Jean Renoir s’est attaché à se rapprocher le plus possible de la réalité historique.

De quoi parle La Grande Illusion ?

Ce film a pour thème la vie de prisonniers durant la Grande Guerre. Il se déroule vraisemblablement en 1916.

Toutefois, il convient de préciser que s’il aborde la vie dans les camps, il s’agit uniquement des camps d’officiers, bien différents de ceux des hommes de troupe. Par exemple, les officiers dormaient la plupart du temps dans des bâtiments en pierre (anciennes casernes, forteresse…) alors que les sous-officiers et les soldats se contentaient de baraques en bois. De même, les officiers dormaient dans de vrais lits, là où les hommes de troupe devaient se contenter d’une paillasse.

Vérité historique : le cas des colis

En regardant La Grande Illusion, certaines scènes, en apparence banales, nous ont semblé criantes de vérité. Il s’agit en effet ni plus ni moins que de la mise en images de nombreux témoignages que nous avons pu lire.

En premier lieu, la scène où les prisonniers viennent chercher leur colis (11’30”) : l’un d’eux s’énerve, car une de ses boîtes de conserve a été ouverte par les Allemands. On entend alors les deux captifs à l’arrière-plan dire “c’est dans le règlement”. Effectivement, les boîtes de conserve étaient bien ouvertes par les Allemands :

Un prisonnier découvrant sa boîte de jambon ouverte – Extrait de La Grande Illusion

« Parce que nous avons des dehors très discrets,
Mes pauvres soeurs, on nous suspecte
De receler de noirs secrets…
Personne, désormais, ici-bas, ne respecte
Notre agréable incognito
Qu’on perce, sans nulle vergogne,
Avec un énorme couteau…
Car l’on craint que, boîtes « gigogne »,
Nous n’enfermions dans nos flancs
Des spiritueux rouges, blancs,
Du Pernod, du marc de Bourgogne,
Ou, plus modestement, quelque extrait clandestin
D’Excelsior ou du Matin… (…)1 »

Pendant ce temps, le lieutenant Rosenthal récupère son colis intact. Il en déchire d’ailleurs lui-même la toile. L’explication de cette différence de traitement entre les détenus est donnée lorsque Rosenthal donne une tablette de chocolat au responsable allemand de la distribution des colis.

Lieutenant Rosenthal offrant un paquet de chocolat au responsable de la distribution de colis – Extrait de La Grande Illusion

Là encore cette pratique est attestée par les témoignages d’anciens prisonniers : “En ce qui concerne les colis des “postiers”, jamais les Allemands ne les ouvraient, et ils nous les remettaient tels qu’ils arrivaient de France […]. Bien entendu, nous leur étions reconnaissants de cette complaisance en leur faisant cadeau d’une barre de chocolat pour leurs gosses […].2

Vérité historique : le cas des travestis

Prenons un second exemple de scène évoquant les témoignages : celle de l’arrivée de colis contenant des vêtements de femmes destinés au théâtre des prisonniers (26’40”). L’un des prisonniers va alors essayer les vêtements. Lorsqu’il revient en disant “ça fait drôle” tous ses camarades suspendent leur geste et le fixent.

Un prisonnier travesti – Extrait de La Grande Illusion

Cette scène démontre magistralement le manque de femmes dont sont victimes les détenus. D’un point de vue historique, il est vrai que dans tous les camps, des captifs se sont travestis lors des représentations théâtrales, donnant lieu à des réactions somme toute assez démonstratives :

« Étant donné l’effet produit sur certains spectateurs par les danses lascives de Miss Dolly, nous prions l’Administration Théâtrale de faire construire des cages spéciales, munies de petites glaces pour le rayon visuel, à l’emplacement des premières travées, à gauche et à droite de la scène. Ceci pour la sécurité personnelle de Miss Dolly3

Nous arrêterons ici les exemples (ils seraient trop nombreux) et retiendrons que Jean Renoir a travaillé le sujet pour coller au plus près à la réalité. Si vous désirez donc regarder un film retraçant au plus près la vie dans un camp d’officier durant la Première Guerre mondiale, je ne peux que vous conseiller La Grande Illusion.

Pour citer cet article: Davye Cesbron, "“La Grande Illusion” de Jean Renoir," in Prisonniers durant la Grande Guerre (1914-1918), 26/02/2022, https://prisonniers.hypotheses.org/1713.
  1. Jean Bonnot (pseud.), « Lamentations », Le Sans Fil, n° 1, 24 décembre 1916, p. 3. []
  2. Paul Saintesprit, Souvenirs de captivité 1915-1918. Les barbelés de Schneidemülh, 1946, p. 45. []
  3. Môriss, « Échos », L’Écho de Dyrotz, n° 15, 25 février 1917, p. 4. []

Davye Cesbron

Spécialiste des camp de prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Recherches sur le camp de Quedlinburg commencées en 2004. Actuellement en 2e année de préparation au diplôme de l'EHESS à Paris, son sujet porte sur le journal du camp de prisonniers de Quedlinburg durant la Grande Guerre : Le Tuyau, sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau en alliant histoire et archéologie. Elle est licenciée de l'université Toulouse Jean-Jaurès en archéologie. De plus, elle travaille en collaboration avec l'historien allemand Thomas Wozniak sur les relations entre allemandes et prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Elle publie le site http://www.camp-de-quedlinburg.fr .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search