La lutte constante du prisonnier de la Grande Guerre contre la faim

Devenir prisonnier ne signifiait pas être certain de revenir vivant de l’enfer de la guerre de 1914-1918 (voir Le prisonnier était-il un embusqué ? ).

Une fois arrivé dans un camp en Allemagne, le détenu avait deux priorités : dormir et se nourrir comme l’expliqua Gilbert Arvengas : “Oui, j’étais alors, après avoir connu de cruelles privations, un animal heureux de vivre et je n’étais que cela. Je n’avais ni famille, ni patrie, mais j’avais une botte de paille, du pain, de la viande et je vivais. Vivre ! il faut donc avoir été près de la mort pour connaître le prix de la vie.1

La corvée de soupe – Source : Joë Bridge, « Le camp d’Alten Grabow », Dessinateurs et humoristes. Artistes divers, série 2 : AH. Tome 1, collection Jacquet, 1915-1922, p. 74-75, Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.

Mangeait-on moins bien dans les camps que comme soldat dans les tranchées ?

Voilà une question qui préoccupait beaucoup les prisonniers et alimentait nombre de conversations : “Moi j’te dis que j’aimerais mieux y être au front, plutôt que d’rester ici à servir de domestiques aux Boches. […] Et pis, faut pas croire qu’on est toujours su’ l’ front. On pourrait pas y tenir. On va de temps en temps se refaire à l’arrière. Y a de bons moments. En tout cas, ils ont de quoi becqueter là-bas [dans les tranchées]. C’est pas comme ici2.”

Les détenus exagéraient-ils ? Là encore les témoignages nous éclairent sur le sujet. “[…] les repas n’étaient pas compliqués. 1/2 litre de jus le matin fait avec des glands grillés et le soir environ 1 litre de soupe dans laquelle nageaient de rares bouts de rutabaga de la grosseur d’un dé à coudre et 200 gr de pain KK qui renfermait plus de sciure de bois que de farine. C’était tout pour vingt quatre heures. J’ai la conviction qu’ils ont fait sur nous des essais de ce que les hommes pouvaient rendre de travail avec le minimum de nourriture car plus ça venait plus ça diminuait à tel point que nous étions réduits à manger les marcs de glands grillés3.”

Il est donc certain que les prisonniers étaient moins bien nourris que les soldats du front. Un lieutenant allemand aurait d’ailleurs reconnu “On vous laisse scientifiquement mourir de faim […]4.”

Mourrait-on réellement de faim dans les camps de la Première Guerre mondiale en Allemagne ?

La réponse est clairement oui.

De nombreux témoignages rapportent des faits similaires. “Je vois un triste spectacle dans la salle d’attente de l’infirmerie [du camp d’Havelberg]. 3 polonais morts sont là sur les dalles en attendant leur inhumation. Ils sont à peine vêtus, l’un n’a que son pantalon et sa chemise, comme signe de reconnaissance un bout de papier attaché à la poitrine, l’étiquette d’un vulgaire colis à refroidir. Tous les jours c’est 3 ou 4 de ces malheureux qui s’en vont ainsi et chose horrible, ils meurent de faim ! Ce ne sont plus des hommes ce sont des squelettes5 !”

D’autres morts furent le résultat d’un apport trop conséquent de nourriture suivant une période de disette : “Sitôt notre arrivée [dans le camp de Darmstadt] on nous fait distribuer chacun 40 biscuits pain de guerre qui était envoyé par la France mais malheureusement depuis que nous étions privés de nourriture 2 copains ont avalé une trop grande quantité de biscuits secs ils ont bu derrière cela et avec la dilatation des biscuits et de l’eau6, se sont fait éclater la poche de l’estomac et sont morts presque subitement7.”

L’empressement à avaler la nourriture avant qu’un autre captif ne la vole fût aussi la cause de décès : “Hier soir, un Russe, mourant de faim, a dévoré plus de quarante têtes de harengs jetées dans la boîte à ordure ; il est mort étouffé pendant cet horrible festin8.”

Quelle stratégie pour survivre ?

Les captifs français purent, pour beaucoup, compter sur les colis de France pour se nourrir : “nombreux ceux sont auxquels les envois de leurs familles ou des sociétés de secours auront sauvé la vie9.” Mais ces colis furent régulièrement supprimés par mesure de représailles. Comment alors survivre avec la ration insuffisante donnée par les autorités allemandes ?

La cueillette, notamment de pissenlits ou de champignons fut, quand la saison le permettait, une solution adoptée. Elle avait lieu lors des corvées à l’extérieur du camp. Les vols aux cuisines, singulièrement de pommes de de terre. furent également monnaie courante.

D’autres captifs vendirent jusqu’à leurs vêtements pour pouvoir acheter quelques nourritures : “Mourant de faim et dénués de toutes ressources, ces malheureux vendraient leur peau en lanières s’ils le pouvaient; sacs, bidons, marmites de cuivre, ceinturons et plaques, bottes, capotes, casquettes, boutons d’uniforme, tout est à acheter […]10.”

Les prisonniers chassèrent également divers animaux tels que des lièvres11, des grenouilles12 ou des escargots13, jusqu’au rat14, au hérisson15 ou au chat16.

Toutes ces denrées furent cuisinées à l’intérieur des baraques, sur les poêles ou à l’extérieur sur les fourneaux construits par les captifs qui recyclaient les boîtes de conserve reçues dans les colis : “Ces fourneaux sont faits surtout avec les boîtes en fer carrées portant la marque Lefèvre utile. La construction en est très simple, une grille pour le bois, de petites ouvertures pour le courant d’air et le fourneau est fait. Certains ont perfectionné l’appareil en y ajoutant une cheminée fabriquée avec des boîtes de lait17.”

Les prisonniers à la “popote” sur un fourneau (probablement au camp de Schneidemühl) – Source : Paul Saintesprit, 41 mois de captivité en Allemagne, Archives Nationales, cote PA_060 )

Nous pouvons donc affirmer que des prisonniers de la Première Guerre mondiale moururent de faim. Les autres survécurent grâce aux colis envoyés par leur pays et à leur ingéniosité.

Pour citer cet article: Davye Cesbron, "La lutte constante du prisonnier de la Grande Guerre contre la faim," in Prisonniers durant la Grande Guerre (1914-1918), 04/03/2022, https://prisonniers.hypotheses.org/1780.
  1. Gilbert Arvengas, Entre les fils de fer. Carnet d’un prisonnier de guerre (1914-1917), Paris, Jouve et Compagnie, 1918, p. 11. []
  2. Ibid., p. 68. []
  3. Raymond Dautin, Le Calvaire d’un prisonnier de guerre, Archives Départementales de la Somme, cote 134 J 90, p. 41. []
  4. Renaud de La Frégeolière, A tire d’ailes : carnet de vol d’un aviateur et souvenirs d’un prisonnier, Paris, librairie Plon, 1916, p. 266. []
  5. Marcel Parmentier, carnets de souvenir, https://argonnaute.parisnanterre.fr (consulté le 2 mars 2022), carnet 7, 28 avril 1917, p. 17-18. []
  6. la scène se produisant en mai 1917, il s’agissait probablement du “pain concentré Heudebert” (du nom de son inventeur qui a cédé son brevet à l’État français pour 1 franc) qui après 1 minute dans l’eau reprenait l’aspect du pain frais. []
  7. Raymond Dautin, Op. cit. , p. 64. []
  8. Renaud de La Frégeolière, Op. cit., p. 220. []
  9. Renaud de La Frégeolière, Op. cit., p. 250. []
  10. Renaud de La Frégeolière, Op. cit., p. 168. []
  11. Adrien Larousserie, Carnet de passage dans la Vie Militaire, 30 octobre 1918. []
  12. P. Trubert, Souvenirs d’un prisonnier, Paris, F. Rouff, Collection “Patrie”, n°39, 1917, p. 30. []
  13. Marcel Parmentier, Op. cit., carnet 5, 13 juin 1916, p. 194. []
  14. Raymond Dautin, Op. cit. , p. 42-43. []
  15. Marcel Parmentier, Op. cit., carnet 6, 21 juillet 1916, p. 194. []
  16. Marcel Parmentier, Op. cit., carnet 5, 30 juin 1916, p. 16. []
  17. Marcel Parmentier, Op. cit. , carnet 7, 19 avril 1917, p. 31. []

Davye Cesbron

Spécialiste des camp de prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Recherches sur le camp de Quedlinburg commencées en 2004. Actuellement en 2e année de préparation au diplôme de l'EHESS à Paris, son sujet porte sur le journal du camp de prisonniers de Quedlinburg durant la Grande Guerre : Le Tuyau, sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau en alliant histoire et archéologie. Elle est licenciée de l'université Toulouse Jean-Jaurès en archéologie. De plus, elle travaille en collaboration avec l'historien allemand Thomas Wozniak sur les relations entre allemandes et prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Elle publie le site http://www.camp-de-quedlinburg.fr .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search