L’humour du prisonnier de la Grande Guerre

Le prisonnier de la Première Guerre mondiale est, encore aujourd’hui, souvent assimilé à quelqu’un qui a subi des violences, a souffert de la faim ou qui était neurasthénique. Cette description n’est pas fausse, mais il lui manque de nombreux éléments au premier rang desquels l’humour arrive en bonne place.

Comme l’écrivit P. Trubert : “Le soldat français a des défauts, mais il conserve, même dans le malheur cette faculté qui est le caractère de notre race [ce texte paru en 1917] et qui nous a parfois fait mal juger des nations qui sont aujourd’hui nos amies et alliées : le don de la plaisanterie1.”

L’humour, signature d’une époque

Il convient, avant d’aller plus loin, de préciser que ce goût de la plaisanterie, de l’humour potache était courant en 1914.

Ainsi, Philippe Wahl, qui a réalisé une étude sur le rire dans l’œuvre d’Apollinaire, définit d’ailleurs une de ses formes, le calembour, comme portant “la marque d’un esprit d’époque : fidèle à la tradition gauloise, le rire des années 1900 recevra une forme de consécration esthétique dans l’effervescence des années 1910-19202.”

Rien d’étonnant donc à trouver de nombreux calembours dans les journaux de camps et notamment dans leurs titres. Ainsi le nom Tas de Blagues (il y en eu un produit à Schneidemühl et l’autre à Hameln) était-il le résultat d’un jeu de mots sur le tageblatt (nom de nombreux quotidiens allemands) tourné en dérision. De même les signatures de certains articles de ces journaux de camps sont en fait des pseudonymes ayant la forme de calembours comme Jean Némard3, Dr Ignard4 ou encore Jean Pacédé-Meyeur5

Une gaieté factice

De même, il faut rappeler que l’humour fut utilisé par les détenus pour combattre le “cafard” ou pour mieux cacher leurs émotions : “Enfin, nous entretenions, mes camarades et moi, une gaîté bienfaisante, mais quelquefois factice, car souvent on riait alors qu’il eû fallu pleurer…6.”

Les plaisanteries des captifs de la Grande Guerre furent donc bien souvent bon enfant, voire enfantines. Par exemple Marcel Parmentier, raconte avoir voulu réveiller un de ses hommes (il était alors chef de baraque dans le camp de Havelberg) en lui chatouillant les pieds. Mais, tel est pris qui croyait prendre, l’homme en question lui versa dessus le contenu de sa gamelle c’est-à-dire son café et son biscuit7

Un autre, “étudiant en médecine” avait préparé sa plaisanterie : “penché avec une loupe, sur une feuille de papier blanc sur laquelle était fixé un insecte de forte taille. Qu’est ce que tu fous là ? questionnons nous. Ben ! Voyez ! je suis en train d’opérer une araignée de l’appendicite8 !”

Les sentinelles allemandes furent parfois les victimes de cet humour comme le raconta Émile Pin, chef de baraque dans le camp de Quedlinburg. “Je venais à peine de m’installer à mon poste à la Baraque II, lorsqu’un matin la sentinelle (une jeune recrue) chargée de réveiller et faire lever les occupants, au lieu de lancer l’Aufstehen habituel sur la porte, se met à parcourir toute la baraque en criant autour de tous les lits des aufstehen retentissants. Quelques rires ont déjà commencé à fuser, lors qu’à sa sortie du fond opposé, une voix peu académique certes lui lance ce cri: “Ta Gueule, eh, Ballot.” Intrigué, le “Posten” se précipite chez moi :”Baraken-chef, Was ist das: Ta gueule? Tout simplement, ai-je répondu pour rire un peu, une formule de politesse. Chez nous en France quand la sentinelle réveille les hommes, elle accompagne son: “Debout là-dedans” d’un souhait de bienvenue et on lui répond de même. Ah so, gut.” Le lendemain alors que nous avions oublié ce détail, le voilà qui revient avec le cri complet cette fois à son idée “Aufstehen – ta gueule” qu’il lance à tous les échos. Vous devinez l’explosion de fou rire et le chahut infernal qu’il a déclenchés, sans n’y rien comprendre9.”

Un humour patriotique et bravache

Bien souvent, cet humour fut l’occasion de faire preuve de patriotisme. Il s’agissait certes de s’amuser et de faire rire les copains mais également d’afficher une certaine défiance envers les Allemands. Dès lors, nous pouvons parler d’un humour bravache.

En voici un exemple qui s’est déroulé dans le camp de Zwickau : “Par ailleurs nous passions notre temps de notre mieux au printemps 1917. Je me rapelle nous mettions des restes de soupe dans de vieilles boites de conserve que nous accrochions à la paroi des baraques. Les jeunes moineaux y venaient picorer et nous profitions qu’ils entraient complètement dans la boîte pour les attraper bien sur vivants. Alors un camarade préparait un petit chapeau pointu peint aux trois couleurs de la France que nous collions sur la tête de l’oiseau. Bientôt il y en eut des bandes à voltiger dans Zwickau à la grande stupéfaction des habitants10.”

Une autre illustration de cet humour bravache peut être trouvé dans le camp d’Ahlen-Falkenberg. En effet, les captifs de ce camp n’ayant pas obtenus le droit de fêter le 14 juillet 1915 décidèrent de montrer leur patriotisme tout en évitant la punition : “Sur les cordes où le linge sèche, on fit alterner tout le long nos trois couleurs. On voyait ainsi une chemise blanche entre un pantalon rouge et un maillot bleu11.” Cette idée fut d’ailleurs reprise par Joë Bridge lorsqu’il réalisa la page de couverture d’un numéro spécial de La Baïonnette12.

Le linge à sécher, utilisé par les prisonniers français pour représenter le drapeau français. – Source : Joë Bridge, “Une revue chez les Boches”, La Baïonnette, n°117, 27 septembre 1917, p. 1.

L’humour des prisonniers en Allemagne était avant tout utilisé pour combattre le cafard. Certains captifs le pratiquait pour se faire bien voir des camarades alors qu’il s’agissait d’un trait de caractère pour d’autres, comme Maurice Chevalier ou Joë Bridge. Enfin, cet humour fut également mis au profit du patriotisme français. Mais ces dernières bravades envers les autorités allemandes furent le plus souvent l’objet de réalisations très ingénieuses et plus risquées, comme les cachettes d’objets prohibés, qui feront l’objet d’un prochain billet.

Pour citer cet article: Davye Cesbron, "L’humour du prisonnier de la Grande Guerre," in Prisonniers durant la Grande Guerre (1914-1918), 14/03/2022, https://prisonniers.hypotheses.org/1963.
  1. P. Trubert, Souvenirs d’un prisonnier, Paris, F. Rouff, 1917, p. 6. []
  2. Phillipe Wahl, “Poéthique du rire. Énonciation lyrique et calembour”, Claude Debon (dir.). Apollinaire et les rires 1900, Éditions Calliopées, p. 158. []
  3. Jean Némard (pseud.), “Paillasses et puces”, L’Écho du Camp de Rennbahn, n° 15, 16 septembre 1916, p. 2. []
  4. Le T.D.B. [Tas de Blagues], “Notes du journal”, Tas de Blagues, n° 42, 10 février 1918, p. 4. []
  5. Jean Pacédé-Meyeur (pseud.), “Conférence sur Massenet”, L’Écho du Camp de Rennbahn, n° 25, 25 novembre 1916, p. 3. []
  6. Paul Saintesprit, Souvenirs de captivité 1915-1918. Les barbelés de Schneidemülh, 1946, p. 75. []
  7. Marcel Parmentier, carnet 5, p. 188. []
  8. Paul Saintesprit, op. cit. []
  9. Émile Pin, Récit d’un Prisonnier de Guerre en 1914, collection Bernadette Verdeil, p. 60. []
  10. Horvais René, Mes mémoires 1914-1918, collection Florence Horvais, p.101. []
  11. Arvengas Gilbert, Entre les fils de fer, carnet d’un prisonnier de guerre (1914-1917), Paris, Jouve et compagnie, 1918, p.90. []
  12. Joë Bridge, “Une revue chez les Boches”, La Baïonnette, n°117, 27 septembre 1917, p. 1. []

Davye Cesbron

Spécialiste des camp de prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Recherches sur le camp de Quedlinburg commencées en 2004. Actuellement en 2e année de préparation au diplôme de l'EHESS à Paris, son sujet porte sur le journal du camp de prisonniers de Quedlinburg durant la Grande Guerre : Le Tuyau, sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau en alliant histoire et archéologie. Elle est licenciée de l'université Toulouse Jean-Jaurès en archéologie. De plus, elle travaille en collaboration avec l'historien allemand Thomas Wozniak sur les relations entre allemandes et prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Elle publie le site http://www.camp-de-quedlinburg.fr .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search