Récits de captivité de Romain Darchy

Romain Darchy est assez connu en tant que résistant lors de la Seconde Guerre mondiale. Torturé par la Gestapo, il succomba en 1944.

Cependant, avant cela il participa à la Première Guerre mondiale où il fut fait prisonnier en juillet 1918. Il fut captif dans les camps de Rastatt, Giessen et enfin Meschède. Tout au long de cette expérience, il décrivit ce qu’il faisait, ce qu’il voyait, ce qu’il ressentait.

Récemment, en novembre 2021, est paru un livre regroupant ses récits de guerre (qui avaient déjà été publiés) et ses récits de captivité. Nous nous attarderons ici sur ces derniers qui occupent 242 pages de ce livre assez volumineux.

Disons-le clairement, il s’agit d’un des témoignages les plus implacables que nous ayons plus lire. C’est-à-dire que Romain Darchy ne passe rien sous silence et dénonce le comportement de certains Français. Par exemple, il écrivit : “Des hommes s’épuisent et vont jusqu’à mourir de faiblesse. Et pendant ce temps-là, les cuisiniers, un Boche et deux Français, oui, deux Français, vendent pour cinquante pfennigs une poignée de pommes de terre ou de pain, volée, celle-là, dans la ration normale et pourtant très faible des malades du camp1.”

De multiples sujets de la vie en captivité sont abordés.

Ainsi, l’auteur évoque la jalousie des détenus lorsqu’ils voient un couple d’Allemands qui partent s’isoler dans un bois.

Il explique également la faim omniprésente.

De même, il se confie sur le cafard qui le ronge : “Je ne suis qu’une pauvre âme errante qui pleure doucement parce qu’il y a trop longtemps qu’elle gémit. Je sens un mal implacable qui me ronge, et ce mal, c’est l’ennui. La douleur physique ce n’est rien à côté des cauchemars qui me tiennent toujours en éveil. Je souffre l’absence, l’abandon, je souffre, car je crains de désespérer un jour2 !”

Il parle également de la jalousie mêlée de peine dont il fait preuve quand un camarade lui annonce qu’il va être rapatrié3.

L’originalité des récits

Bref, Romain Darchy livra ici des récits assez éloignés de ceux en vogue durant la Grande Guerre ou au sortir de celle-ci. Ces derniers en effet s’appesantissaient le plus souvent sur les violences (au demeurant bien réelles) dont étaient victimes les prisonniers.

De plus, la majorité de ces témoignages mettaient en avant la camaraderie et la bonne humeur des prisonniers. Si celle-ci a bien existé, comme le confirma l’auteur, il rappela que parmi les captifs, il y eut des “mouchards4.”

Nous ne pouvons donc que conseiller la lecture de ses récits à qui voudrait avoir une idée plus exacte de ce que pouvait être la captivité durant la Grande Guerre.

Pour citer cet article: Davye Cesbron, "Récits de captivité de Romain Darchy," in Prisonniers durant la Grande Guerre (1914-1918), 24/03/2022, https://prisonniers.hypotheses.org/2041.
  1. Romain Darchy, Récits de guerre : 1914-1918 ; suivis de Récits de captivité, Paris, l’Artilleur-Bernard Giovanangeli éditeur, 2021, p. 601 []
  2. Ibid., p. 538 []
  3. Ibid., p. 565. []
  4. Ibid., p. 545)” qu’il qualifia finalement de “hyènes humaines (( Ibid., p. 620. []

Davye Cesbron

Spécialiste des camp de prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Recherches sur le camp de Quedlinburg commencées en 2004. Actuellement en 2e année de préparation au diplôme de l'EHESS à Paris, son sujet porte sur le journal du camp de prisonniers de Quedlinburg durant la Grande Guerre : Le Tuyau, sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau en alliant histoire et archéologie. Elle est licenciée de l'université Toulouse Jean-Jaurès en archéologie. De plus, elle travaille en collaboration avec l'historien allemand Thomas Wozniak sur les relations entre allemandes et prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Elle publie le site http://www.camp-de-quedlinburg.fr .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search