Que sont devenus les corps des prisonniers morts en Allemagne durant la Grande Guerre ?

Il y a un mois, j’ai reçu un courriel me posant diverses questions concernant le devenir des dépouilles les captifs de 14-18 décédés en Allemagne. Un billet sur la question s’imposait donc. Ce sujet a été abordé plus en détails par Frédéric Médard, dans Les prisonniers en 1914-1918, acteurs méconnus de la Grande Guerre1 aussi je ne ferai qu’un rapide explication.

Rappelons tout d’abord que 38 963 Français sont morts en Allemagne2.

Premier temps

Dans un premier temps, les défunts furent inhumés dans les cimetières allemands.

En général, une cérémonie funèbre, très sobre, était organisée par les autorités allemandes. Quelques prisonniers – une quinzaine d’après les témoignages – plus ou moins proches du mort étaient autorisés à se rendre au cimetière. Étaient également présents un ou plusieurs représentants allemands ainsi que l’officiant religieux.

Exemple de cimetière de prisonniers : celui du camp de Quedlinburg.

Second temps

Dans un second temps, plus ou moins rapide selon les camps, les prisonniers survivants se cotisèrent pour ériger des monuments à la mémoire de leurs camarades décédés.

Charles Poirier (lui-même prisonnier) sculpte le monument aux prisonniers morts à Quedlinburg. Source : Stadtarchiv Quedlinburg.

Il faut ici préciser que les municipalités allemandes offrirent le plus souvent le terrain sur lequel était construit le monument. De même, elles se sont bien souvent engagées à l’entretenir. Pour rester sur l’exemple de Quedlinburg, le monument fut rénové, aux frais de la ville, en 2014.

Troisième temps

De 1922 à 1926, les corps des Français furent, après une lutte acharnée de leurs camarades et de leurs famille3, rapatriés en France. C’est l’État qui prit en charge les coûts de cette opération puisque les prisonniers morts en Allemagne furent enfin reconnus “morts pour la France”.

Il fut donc nécessaire d’exhumer les corps, de les rapatrier et de les rendre aux familles.

Certificat d’exhumation de Théophile Radin le 24 décembre 1925 à Quedlinburg.

Il faut toutefois noter que 13 389 d’entre eux, soit plus d’un tiers furent inhumés une dernière fois dans la Nécropole Nationale des Prisonniers de Guerre de Sarrebourg.

Nécropole Nationale des Prisonniers de Guerre à Sarrebourg
Pour citer cet article: Davye Cesbron, "Que sont devenus les corps des prisonniers morts en Allemagne durant la Grande Guerre ?," in Prisonniers durant la Grande Guerre (1914-1918), 02/04/2022, https://prisonniers.hypotheses.org/2080.
  1. Médard Frédéric, 2010, Les prisonniers en 1914-1918 : acteurs méconnus de la Grande Guerre, Saint-Cloud, Soteca, 355 p. []
  2. Cahen-Salvador Georges, 1929,Les prisonniers de guerre 1914-1919, Paris, Payot, p. 284. []
  3. les Français morts en captivité n’étant pas, dans un premier temps, reconnus “morts pour la France”, aucun rapatriement de corps n’était possible au frais de L’État français []

Davye Cesbron

Spécialiste des camp de prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Recherches sur le camp de Quedlinburg commencées en 2004. Actuellement en 2e année de préparation au diplôme de l'EHESS à Paris, son sujet porte sur le journal du camp de prisonniers de Quedlinburg durant la Grande Guerre : Le Tuyau, sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau en alliant histoire et archéologie. Elle est licenciée de l'université Toulouse Jean-Jaurès en archéologie. De plus, elle travaille en collaboration avec l'historien allemand Thomas Wozniak sur les relations entre allemandes et prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Elle publie le site http://www.camp-de-quedlinburg.fr .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search