Les épidémies dans les camps de prisonniers de 1914-1918

Un fait relativement méconnu du grand public d’aujourd’hui se déroula au début de l’année 1915 : les épidémies dans les camps de prisonniers en Allemagne.

Un des cas qui défraya alors la chronique fut celui de Wittenberg où une épidémie de typhus éclata en décembre 1914 et perdura jusqu’en juillet 1915. Celle-ci donna lieu à un rapport dès 19171

Rapport officiel sur l’épidémie de typhus au camp de Wittenberg, Lausanne, Payot, 1917 (consultable en ligne)

L’impact de cette épidémie fut important chez les Alliés. En effet de nombreux témoins rapportèrent que les Allemands avaient simplement abandonné les prisonniers à leur sort2 .

Les raisons de ces épidémies ?

La première raison invoquée dans le rapport est celle de la surpopulation. Chaque baraque contenait en effet de 180 à 200 hommes3. Le manque de chauffage4, d’hygiène5 et la malnutrition6 sont également mis en avant – à juste titre – pour expliquer les ravages du typhus.

Le présence de vermine est soulignée, notamment des poux de corps, dont tous les contemporains attribuent la propagation aux prisonniers russes7. Les poux de corps étaient alors déjà connus pour être les vecteurs du typhus.

Le capitaine Lauder, prisonnier anglais, fut affecté en tant que médecin au camp de Wittenberg (il tomba d’ailleurs malade du typhus et fut le seul médecin anglais a en réchapper). D’après lui, “la situation […] du 11 février au 7 mars [1915] dépasse ce que l’imagination peut inventer. L’on ne peut que s’étonner qu’il y ait eu des prisonniers qui échappèrent à l’épidémie8 .”

Mais le camp de Wittenberg ne fut pas le seul touché. Le camp de Cassel, connu également une épidémie de typhus à la même époque. Les raisons de l’explosion du nombre de cas sont les mêmes qu’à Wittenberg. Toutefois le commandant allemand du camp de Cassel y apporta une explication en disant froidement : “Je fais la guerre à ma façon9 .”

Au total 30 camps de prisonniers en Allemagne furent touchés par des épidémies de typhus10.

Combien de morts ?

Comme le rappelle John Horne, il est difficile d’obtenir des chiffres exacts concernant les décès de captifs imputables au typhus11.

A Wittenberg le nombre de morts était tellement élevé qu’une partie du camp fut transformée en cimetière et que les cercueils étaient entassés “les uns sur les autres12.” On y dénombra 700 morts13.

Le camp de Cassel quant à lui vit mourir 3 000 détenus du typhus14, celui de Niederzwehren, 3 20015. La situation fut pire encore à Cottbus où 5000 captifs moururent de cette maladie16.

Le chiffre exact de prisonniers ayant succombé au typhus est d’autant plus difficile à connaître que le “genre de mort” était parfois mal renseigné par les autorités allemandes. Émile Zavie dans son témoignage semble sous-entendre qu’il s’agissait de cacher l’épidémie aux Alliés17. Mais le nombre impressionnant de décès devint vite trop important pour que la situation reste inconnue en France ou en Angleterre.

L’épidémie, une fatalité dans un camp de prisonniers ?

D’autres camps furent également touchés comme Altengrabow. Par exemple, Marcel Prodel, y décéda le 18 janvier 1915, officiellement des suites de blessures de guerre18. Mais une correspondance privée, conservée aux Archives Départementales de la Corrèze nous apprend qu’il est en fait mort du typhus19. Mais là, les autorités allemandes réagirent visiblement très vite, notamment en isolant les malades, évitant ainsi que le typhus ne se propage à tous.

Le manque d’hygiène ayant eu un rôle important dans ces épidémies, les camps où les prisonniers pouvaient se laver (grâce à la présence de pompes à eau) furent épargnés, comme à Quedlinburg. 

Quelles conséquences politiques ?

Les témoignages de survivants marquèrent l’opinion publique française et anglaise. Ainsi Émile Zavie, infirmier dans le camp de Niederzwehren et lui-même atteint du typhus (auquel il survécut), livre un témoignage à charge contre les médecins allemands : “un certain affolement présidait un peu à toutes ces mesures20” et précise que “les Allemands” “ont déserté le camp21”. Il termine son récit en expliquant que l’épidémie prit fin grâce aux médecins et infirmiers français qui mirent en place toutes les mesures sanitaires nécessaires.

Ce chauvinisme, justifié ou non, s’inscrivait parfaitement dans la politique de barbarisation des Allemands alors en vigueur.

En conséquence et probablement en prenant conscience du risque que ces épidémie s’étendent à la population civile, les autorités allemandes vaccinèrent les prisonniers de tous les camps non pas contre le typhus (il n’existe toujours pas de vaccin contre le typhus) mais contre la fièvre typhoïde et le choléra.

Fiche du prisonnier Jean Paradis, détenu à Quedlinburg, vacciné contre la fièvre typhoïde et le choléra. Conservée au Schlossmuseum de Quedlinburg.

De plus, elles mirent en place un système de désinfection passant par la douche et le rasage intégral (qui ne fut pas toujours bien accueilli par les prisonniers).

Le rasage intégral était utilisé pour lutter contre les épidémies. Source : Germain Jeanty, collection Jean-Pierre Thiange22

Vint s’ajouter à cela la désinfection des effets personnels des prisonniers grâce à une machine à vapeur (qui éliminait poux et puces).

Machine à vapeur pour désinfecter les effets des prisonniers.
Source : Schlossmuseum de Quedlinburg

Malgré l’horreur des ces épidémies, elles eurent donc, à terme, des effets positifs sur les prisonniers. Ceux-ci purent enfin être débarrassés de la vermine, mais aussi se laver plus facilement, ce que Gaston Riou apprécia : “Se trouver enfin dans sa peau propre, sous du linge propre ! […] Je suis propre ; quel luxe23 !”

Pour citer cet article: Davye Cesbron, "Les épidémies dans les camps de prisonniers de 1914-1918," in Prisonniers durant la Grande Guerre (1914-1918), 30/04/2022, https://prisonniers.hypotheses.org/2270.
  1. Rapport officiel sur l’épidémie de typhus au camp de Wittenberg, Lausanne, Payot, 1917. []
  2. Rapport officiel sur l’épidémie de typhus au camp de Wittenberg, Lausanne, op. cit., p. 14. []
  3. Rapport officiel sur l’épidémie de typhus au camp de Wittenberg, op. cit., p. 7. []
  4. Ibid., p. 8. []
  5. Ibid., p. 9-10. []
  6. Ibid, p. 10. []
  7. Ibid., p. 12. []
  8. Ibid, p. 17. []
  9. Le Sort des prisonniers français en Allemagne, 1916, p. 9. []
  10. John Horne, Vers la guerre totale – Le tournant de 1914 1915, Tallandier, 2010, p. 259. []
  11. Ibid. []
  12. Rapport officiel sur l’épidémie de typhus au camp de Wittenberg, op. cit., p. 26. []
  13. Le Sort des prisonniers français en Allemagne, 1916, p.9. []
  14. Frédéric Médard, Les prisonniers en 1914-1918 : acteurs méconnus de la Grande Guerre, Saint-Cloud, Soteca, 2010, p. 235. []
  15. Emile Zavie, Prisonniers en Allemagne, Paris, Librairie Chapelot, 1917, p. 186-187 []
  16. Ibid. []
  17. E. Zavie, op. cit. []
  18. fiche sur Mémoire des Hommes []
  19. cote 112NUM/20. []
  20. E. Zavie, op. cit., p. 146. []
  21. E. Zavie, op. cit., p. 181. []
  22. Europeana 1914-1918 []
  23. Gaston Riou, Journal d’un simple soldat : guerre-captivité 1914-1915, Paris, Librairie Valois, Vues et jugements sur la guerre, 1931, p. 142. []

Davye Cesbron

Spécialiste des camp de prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Recherches sur le camp de Quedlinburg commencées en 2004. Actuellement en 2e année de préparation au diplôme de l'EHESS à Paris, son sujet porte sur le journal du camp de prisonniers de Quedlinburg durant la Grande Guerre : Le Tuyau, sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau en alliant histoire et archéologie. Elle est licenciée de l'université Toulouse Jean-Jaurès en archéologie. De plus, elle travaille en collaboration avec l'historien allemand Thomas Wozniak sur les relations entre allemandes et prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Elle publie le site http://www.camp-de-quedlinburg.fr .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search