La punition dite du poteau

Les prisonniers en Allemagne étaient soumis à la loi militaire allemande et donc à ses punitions. Parmi elles, celle du poteau était très employée, du moins au début de la guerre.

Un prisonnier au poteau. Source : Davye Cesbron

À regarder l’image ci-dessus (une image de propagande), cette punition ne semble pas vraiment méchante. Tout juste imagine-t-on qu’elle puisse être désagréable par temps pluvieux ou froid, ou encore sous un soleil ardent. Alors pourquoi les Alliés se sont-ils offusqués de cette punition ? Serait-ce simplement parce qu’elle rappelait la punition dégradante du pilori1 ?

En quoi consistait exactement cette punition ?

Punir un prisonnier de poteau signifiait attacher un captif à un poteau :

“C’est un fort poteau figé en terre au milieu de la cour, là, on amène le prisonnier nu jusqu’à la ceinture, quelque soit les intempéries, on le soulève de terre d’environ 30 centimètres, pour ne prendre d’appui d’aucune façon, puis on lui attache les pieds et les mains au poteau, le poids entrainant le corps en avant, la position est des plus cruelles”.

Alton Dondeyne, Mémoires et impressions d’un combattant de la Grande Guerre 1914-1918, p. 102

Cette description du poteau nous montre combien la photo ci-dessus est trompeuse. Les pieds du prisonnier ne touchaient pas terre, c’est d’ailleurs ce qui faisait toute la cruauté de la punition. Il est question d’un homme au torse dénudé. Ce détail n’était pas forcément vrai pour tous les camps. En fait, les punis pouvaient très bien être amenés entièrement habillés au poteau. Ils étaient toutefois dépouillés de leurs manteaux.

Pourquoi était-on puni de poteau ?

Plusieurs raisons pouvaient valoir une punition de poteau, dont la durée différait selon les camps et les sentinelles.

Un prisonnier, dans un poème sur le poteau, écrit :

“Pour un rien, pour une cigarette

Qu’on allume sans y pense

Pour se mettre un peu de vague en la tête

Pour essayer de se griser

On nous attache là des heures et des heures “

Louis Valette, carnet de souvenirs, Archives Départementales de l’Allier, 25 décembre 1915, p. 87.

Voici quelques exemples de motifs et la punition encourue :

  • le vol de nourriture : de 1 unique heure de poteau2 à 2 h durant 5 jours3
  • absence à l’appel : 1 h de poteau4
  • fumer (au début de la guerre, fumer était strictement interdit dans les camps) : 2 h de poteau5, 4 h en cas de récidive6
  • avoir écrit qu’il mangeait mal dans une lettre : 2 h de poteau durant 8 jours7
  • pour tentative d’évasion : 2 h de poteau durant 10 jours8

Des subtilités se rapprochant de la torture

La punition du poteau pouvait être “agrémentée” de multiples vexations.

Tout d’abord, le puni était “la risée du boche civil9

Autre exemple de torture psychologique, un homme qui vola un rutabaga (puisqu’il souffrait de la faim) effectua sa punition de poteau “le rutabaga sur la paume de la main à 10 centimètres de son nez pour qu’il sente bien le goût10 “. Un autre raconte “comme suprême ironie, sa gamelle de soupe est placée à terre devant lui, avec la torture de la faim11”.

Il ne faut pas oublier non plus un détail de la vie dans les camps qui rendait cette punition insoutenable : la vermine.

“La vermine qui nous dévorait transformait alors en véritable supplice chinois un châtiment d’apparence anodin. J’ai vu des hommes vigoureux sangloter sous les piqûres immondes, se tordre en des attaques de nerfs. Leur martyre grotesque était à ce point effroyable que les sentinelles elles-mêmes, saisies de compassion, venaient leur gratter le corps avec la crosse de leurs fusils.”

A. Augustin-Thierry, “Onze mois de captivité en Allemagne : souvenirs d’un ambulancier”, Revue des Deux-Mondes, Vol. 32, n°1, 1916, p. 137.

Enfin, les punis étaient à le merci des sentinelles. Certains ne se privèrent pas de faire du zèle comme le raconte Paul Trubert : “Les bourreaux avaient tellement serré les cordes que ses bras étaient violets12.”

Conséquences de la punition

Si certains prisonniers étaient simplement épuisés lorsqu’ils étaient enfin détachés du poteau, pour d’autres l’épreuve physique était trop intense.

Ainsi “suivant la force musculaire du patient, au bout de trois-quart d’heure, une heure, voire une heure et demie, les nerfs se détendent, la tête tombe sur le côté, le malheureux est sans connaissance !13

En cas de grands froids, les conséquences pour le punis pouvaient s’avérer très graves : ” Il y eut ainsi des pieds et des mains gelés qu’il fallut amputer au mois d’avril.14

Pire encore fut le cas de ce “Russe ayant été attaché au poteau” qui

“fut oublié par la sentinelle qui devait le détacher à l’heure de la soupe. Le lendemain matin une patrouille le trouva mort.”

Gilbert Arvengas, Entre les fils de fer, carnet d’un prionnsier de guerre (1914-1917), Paris, Jouve, 1918, p. 54.

La réalité était donc bien loin de la punition anodine présentée sur la photographie.

Pour citer cet article: Davye Cesbron, "La punition dite du poteau," in Prisonniers durant la Grande Guerre (1914-1918), 25/05/2022, https://prisonniers.hypotheses.org/2430.
  1. Léon Blanchin, Chez eux, souvenirs de guerre et de captivité, Paris, Librairie Delagrave, 1916, p. 142. []
  2. Raymond Dautin, Le calvaire d’un prisonnier de guerre, 1916-1918, Archives Départementales de la Somme, cote 134J90, p. 33. []
  3. William Van Cauteren, La guerre et la captivité ; journal d’un prisonnier de guerre en Allemagne, Paris, Librairie Nationale d’Art et d’Histoire, 1919, p. 155. []
  4. Marcel Parmentier, carnets de souvenir, https://argonnaute.parisnanterre.fr/ark : / 14707/a011595511479xE7oGC/from/a011595511479mgWv5E, carnet 1, p. 38. []
  5. Charles Gueugnier, Captivité “Allemagne”, AD de l’Hérault, 20 PRI 1, Carnet 1, p. 15. []
  6. Marcel Parmentier, op. cit., carnet 1, p. 20. []
  7. Marcel Parmentier, op. cit., carnet 1, p. 56. []
  8. Louis Taisne, carnet de captivité, p. 6. []
  9. Félicien Tribouilloy, Mémoires d’un prisonnier, p. 2. []
  10. R. Dautin, op. cit. p. 33. []
  11. Alton Dondeyne, op. cit., p. 102. []
  12. Paul Trubert, Souvenirs d’un prisonnier, Paris, Rouff, 1917, p. 10. []
  13. Alton Dondeyne, op. cit., p. 102-103. []
  14. Émile Zavie, Prisonniers en Allemagne, Paris, Librairie Chapelot, 1917, p. 77. []

Davye Cesbron

Spécialiste des camp de prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Recherches sur le camp de Quedlinburg commencées en 2004. Admise au diplôme de l'EHESS à Paris "avec distinction", (Le Tuyau: journal du camp de prisonniers de Quedlinburg durant la Grande Guerre), sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau en alliant histoire et archéologie. Elle est licenciée de l'université Toulouse Jean-Jaurès en archéologie. De plus, elle travaille en collaboration avec l'historien allemand Thomas Wozniak sur les relations entre allemandes et prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Elle publie le site http://www.camp-de-quedlinburg.fr .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search