Les chants de captivité

Ce billet est issu d’une intervention réalisée dans le cadre du séminaire “Écrire la Grande Guerre” de l’EHESS (Stéphane Audoin-Rouzeau et Laurence Campa), lors de la séance du 6 mars 2023 portant sur les “chants de guerre” (sous la présidence de Clémentine Vidal-Naquet).

Émile Mailhos, « Notre Éden », Le Héraut : Échos du Camp de Zossen, n° 1, 18 octobre 1914, p. 2.

Certains chants de soldats de la Première Guerre mondiale nous sont parvenus, comme la Chanson de Craonne. Parmi ceux qui furent combattants, certains ont été faits prisonniers. Eux aussi ont créé des chants spécifiques que nous qualifierons de chants de captivité, aujourd’hui tombés dans l’oubli. Cette méconnaissance de ces chants de captivité a plusieurs explications. D’abord, ces chants touchaient peu d’hommes puisqu’ils se limitaient à un seul camp de prisonniers (moins de 20 000 hommes en général, toutes nationalités confondues). De plus, ces chants circulaient de manière clandestine. Il est donc assez rare d’en trouver une trace écrite. Enfin, quand les paroles nous sont parvenues, il nous manque, en général, l’air sur lequel on les fredonnait. D’après ce que nous en savons, il s’agissait d’airs connus à l’époque tels que La Souris Noire pour le chant sur le camp de Zossen.

Exemple d’un chant de captivité : Les gaietés de Quedlinburg

Localisation de Quedlinburg

Nous prendrons ici l’exemple du chant intitulé Les gaietés de Quedlinburg.

Le camp de prisonniers de Quedlinburg était situé en Basse-Saxe et fonctionna de 1914 à 1922. Parmi les Français incarcérés se trouvait un civil, Marcel Parmentier, capturé en septembre 1914 à Morsan (dans l’Aisne). Celui-ci a écrit au jour le jour ce qu’il a vécu. 8 de ses carnets nous sont parvenus et sont conservés à la Contemporaine. Il s’agit de carnets de petit format, 9 x 15 cm.

C’est dans le troisième carnet de Marcel Parmentier que nous avons trouvé une copie du chant qui nous intéresse. Il a été rédigé, tout comme le reste de son carnet, au crayon à papier.

Carnet 3 de Marcel Parmentier
https://argonnaute.parisnanterre.fr/ark:/14707/a011595511479u14611/from/a011595511479ATLXFJ

Il semble qu’il ait voulu constituer un cahier de chansons. Mais manquant de papier, il a simplement retourné son journal intime pour y transcrire les chants entendus dans le camp. Il n’a transcrit que 2 chants, à la suite l’un de l’autre. Pourquoi seulement 2 ? Probablement, car il a été transféré dans le camp d’Havelberg, le 6 avril 1915. Ainsi pouvons-nous proposer une fourchette de datation de la transcription du chant : entre le 1er mars (date où débute ce carnet) et le 5 avril 1915 (dernière journée à Quedlinburg). Autre certitude, ce chant a été composé entre octobre 1914 (emménagement dans les baraques) et avril 1915.

Marcel Parmentier précise que cette chanson a été composée par un prisonnier, mais sans donner son identité ni écrire sur quel air il fallait la chanter.

Explication du chant, couplet par couplet

1er couplet

Le jour où nous fûmes capturés

On nous promit monts et merveilles

Vous aurez du tabac du thé

Des cigares du vin en bouteilles

Vous coucherez dans des lits bien chauds

Vous irez vous promener en ville

Vous aurez même une femme bientôt

Et peut-être une automobile.

Le premier couplet rappelle simplement la qualité de prisonniers de guerre de son auteur et les promesses des Allemands qui pensaient que leurs prisonniers seraient traités de la même manière que ceux de 1870, pouvant effectivement « se promener en ville ». Toutefois, nous pouvons noter l’exagération de ses promesses ennemies au travers de la femme et de l’automobile.

2nd couplet

C’est à Quedlinburg mes amis

Que nous sommes prisonniers de guerre

Et quoique n’ayant pas un radis

L’on chante et l’on y pense guère

On nous sert le café le matin

Dans une immense et large cuvette

On y ajoute cent grammes de pain

Pour le rata pas besoin de fourchette

Schlossmuseum Quedlinburg

Le début de ce second couplet laisse entendre que les captifs sont bien lotis. Toutefois, les 3 derniers vers nous orientent vers une autre réalité. La large cuvette dans lequel est servi le café est celle fournit à chaque détenu par l’autorité allemande. Elle lui sert pour le café (plus exactement l’ersatz de café), pour la soupe, mais aussi pour faire sa lessive, se laver ou même lors des séances de rasage intégral.

Le manque de pain est aussi évoqué. En théorie chaque prisonnier devait recevoir une ration quotidienne de 300 gr de pain1. Celle-ci est bien inférieure au 750 gr de la ration du soldat français2.

Enfin l’inutilité de la fourchette est soulignée. Il est vrai que les témoignages de prisonniers concordent pour expliquer que les repas servis consistaient en une soupe – plus ou moins mangeable – où surnageaient parfois quelques morceaux de légumes, de pommes de terre ou, plus rarement de viande. Par exemple, Marcel Parmentier écrit “La soupe de midi a été un véritable breuvage où nageaient quelques morceaux de carottes à moitié cuits3” ou encore “l’heure de la soupe est arrivée sans ennui, soupe encore bien claire aujourd’hui ou quelques carottes mal cuites nagent de concert avec les pelures de pommes de terre4”.

3e couplet

Le camp où nous sommes installés,

N’est ni plus ni moins qu’un marécage

C’est essentiel de savoir nager

Surtout quand il fait de l’orage

Pour aller aux Water-Closets

Quinze cent mètres c’est une petite ballade

Quand on arrive quelque fois c’est fait

Dans la culotte Ah! Quelle salade

Dans ce troisième couplet, la vraie situation des prisonniers de guerre est décrite. Les camps étaient en effet souvent érigés dans des zones marécageuses ou tout du moins inondables. De plus, le piétinement des milliers de captifs tassait tellement la terre qu’elle n’absorbait pas l’eau, rendant les déplacements en plein air très compliqués en cas de pluie. C’est d’ailleurs pour limiter ce problème que les cheminements les plus essentiels furent couverts de planches comme on en voit sur cette photo.

Collection Jean-Marie Pate

La distance pour aller aux WC est exagérée, mais il y avait tout de même 217 m entre la baraque la plus éloignée et les latrines. Par contre les cas de diarrhées dans le camp étaient bien réels comme le relate à plusieurs reprises Marcel Parmentier : “Ce matin j’ai un peu de diarrhée, j’ai été obligé de me lever la nuit, je crois que cela est dû à la viande avariée qu’on nous a servie hier, car je ne suis pas seul dans ce cas5.” De même, il note un accident “La tête de Turc de la baraque, le nommé Hupelier a encore eu un accident : il a sans doute un peu de diarrhée, et une peu avant la soupe de midi […] il a barbouillé son pantalon6.”

4e couplet

D’ailleurs nous sommes très bien logés

Dans une baraque froide et immense

On se croirait dans un poulailler

Nous avons de l’air en abondance

Tout est rembourré en sapin

Le lit, le sommier, la paillasse

Comme y a des pous avec entrain

On se donne l’illusion de la chasse.

Ce quatrième couplet nous dépeint le quotidien des captifs logés effectivement dans des baraques en bois. Au camp de Quedlinburg, elle mesurait 20 m de large pour 50 m de long et était divisée en deux par une cloison.

Davye Cesbron, proposition de restitution d’une baraque de Quedlinburg.

Vous voyez des poêles sur la restitution ci-dessus, mais ils ne furent installés que début novembre 1914 et allumés pour la première fois le 24 novembre de la même année alors que Quedlinburg subit un climat continental et que la neige n’y est pas rare. De plus, les divers témoignages nous apprennent que le charbon faisait souvent défaut. Il faisait donc certainement froid dans les baraques.

La suite du couplet parle du sapin comme sommier. En fait la paillasse était directement posée sur le plancher (représentée en vert sur la restitution). Elle était rembourrée non pas de paille, mais bien de morceaux de sapin à l’instar de celle de Mario Meunier qui écrit “On me garnit ma paillasse avec de la fibre appelée de la ‘douce laine de bois’7.”

Enfin, la chasse aux poux était une des activités récurrentes du détenu comme l’explique Marcel Riégel : “Or donc, aussitôt la soupe mangée, le corps ayant repris des calories et de la chaleur, les poux se mettaient en marche à la recherche eux aussi de leur déjeuner. Nous ne leur laissions cependant pas le temps de trouver leur nourriture, car aussitôt le repas terminé, nous enlevions notre chemise et « la chasse était ouverte » comme l’on disait alors. Si à ce moment vous aviez pénétré dans la baraque, vous auriez vu cent hommes nus jusqu’à la ceinture, placidement assis sur leur paillasse et examinant tranquillement et sans bruit, les entournures et les coutures des chemise, le repaire et le nid des poux. (Marcel Riégel, Souvenirs de Guerre – 1914-1918, Paris, La Cause des Livres, 2008, p. 151-152))”

5e couplet

Les boches donnent de bons tuyaux

On en croit à peine ses oreilles

Leurs soldats viennent de prendre Bordeaux

En passant par Londres et Marseille.

Parait qu’ils ont de gros canons

Qui portent à deux cent kilomètres

Et des bons soldats par millions

Ils ne savent même plus où les mettre.

Ce cinquième couplet nous montre que les prisonniers n’étaient pas dupes des exagérations allemandes colportées par leurs sentinelles, mais aussi par les journaux auxquels ils avaient accès, tels que la Gazette des Ardennes ou les Extra-Blatt placardés dans le camp.

6e couplet

Carte postale ancienne, Herder, 1914

Ce n’est pas tout écoutez bien

Les Turcs ont vaincu la Russie

Le Japon n’est plus bon à rien

On va annexer l’Italie.

L’Autriche afin de se dégourdir

Dévore les Etats Balkaniques

Les Allemands veulent en finir

En s’emparant de l’Amérique.

Le sixième couplet est dans la même veine, en élargissant l’exagération aux alliés de l’Allemagne. L’ennemi est donc dépeint comme un ogre qui veut dévorer le monde entier. L’appétit insatiable allemand évoqué ici par les prisonniers prouve l’efficacité de la propagande française qui présentait le soldat allemand au mieux comme un être bedonnant et le plus souvent, comme un ogre.

7e couplet

On nous raconte depuis longtemps

Que faisant des raids magnifiques

Les Zeppelins détruisent de temps en temps

Les grandes villes des petites républiques.

A Paris, fait sensationnel

Un de ces ballons dirigeables

Vient d’enlever la tour Eiffel

Dans une embardée formidable.

Le septième couplet enfonce le clou. Il est question ici d’un sujet qui passionne les prisonniers : celui des combats menés depuis les airs. Mais là encore, l’auteur caricature la propagande allemande.

8e couplet

Mes chers amis rassurez-vous

Si l’Allemand a une grosse bedaine

Il ne pourra boulotter tout

Car l’indigestion est certaine.

Alors il pourrait arriver

Que bien malade il ne succombe

Et qu’en voulant tout boulotter

Son estomac devienne sa tombe.

Le huitième couplet, est celui de la morale où l’ogre finira par mourir d’avoir trop mangé. Cette métaphore avec la nourriture ne peut que nous rappeler les sujets de préoccupations principaux des captifs, surtout en 1914-1915 : la guerre et la nourriture. La guerre puisque seule l’armistice pourra permettre aux détenus de regagner la France. La nourriture, car ils meurent littéralement de faim. Ils voient effectivement des prisonniers qui “en voulant tout boulotter” se font éclater l’estomac à l’instar de celui qui se rua sur des biscuits : “A la dernière distribution des biscuits, l’un des nôtres, camarade inconnu de notre compagnie, n’a pû résister à sa faim et à la tentation des biscuits. Dix de ceux-ci mangés l’un après l’autre l’ont conduit à l’infirmerie et le lendemain nous apprenions sa mort, étouffé par les biscuits qui avaient gonflé dans son estomac8.”

Le chant Les gaietés de Quedlinburg nous ouvre donc une fenêtre sur la vie quotidienne dans un camp de prisonniers en Allemagne en 1914-1915. Il démontre l’omniprésence de la propagande tant française qu’allemande dans les camps. Propagande allemande, dont ce chant est une caricature, puisque les exagérations y sont légion. Propagande française puisque la pensée de l’auteur de ce chant en est pétri ce qui transparaît dans l’idée d’un Allemand qui veut dévorer le monde.



Citer ce billet
Davye Cesbron (2023, 16 mars). Les chants de captivité. Prisonniers durant la Grande Guerre (1914-1918). Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t0sk

  1. Staatsbibliothek zu Berlin, 2685663-3 []
  2. Emmanuelle Cronier, “La viande aux armées pendant la Première Guerre mondiale : nutrition, moral et discipline”, séminaire Sciences sociales et alimentation, EHESS, 10 février 2023 []
  3. Marcel Parmentier, carnet 2, La Contemporaine, cote ARCH 0054, entrée du 28 février 1915 []
  4. Marcel Parmentier, op. cit., carnet 3, entrée du 7 mars 1915 []
  5. Marcel Parmentier, carnet 2, op. cit., p. 64 []
  6. Marcel Parmentier, carnet 2, op. cit., p. 68 []
  7. Mario Meunier, Un camp de représailles, Nancy, Berger-Levrault, 1919 []
  8. Roger Marie, Mes mémoires, Archives Départementales de la Somme, cote 134 J 162, p. 304. []

Davye Cesbron

Spécialiste des camp de prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Aujourd'hui masterante à l'EHESS sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau. Admise au diplôme de l'EHESS à Paris "avec distinction", (Le Tuyau: journal du camp de prisonniers de Quedlinburg durant la Grande Guerre), sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau en alliant histoire et archéologie. De plus, elle travaille en collaboration avec l'historien allemand Thomas Wozniak sur les relations entre allemandes et prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Elle publie le site http://www.camp-de-quedlinburg.fr .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search