Les prisonniers : une attraction pour les Allemands dans les premiers mois de la guerre.

De nombreux prisonniers se sont plaints de l’accueil qui leur fut réservé en Allemagne. Il est vrai que dans les premiers mois de la guerre, notamment en septembre 1914, de nombreux soldats français, furent emmenés en train – souvent dans des wagons à bestiaux – en Allemagne. Au cours de ce parcours, la population allemande pouvait se montrer assez vindicative. Alexandre Nicolas écrit dans son journal :

« La population civile qui venait à la gare nous menaça en nous montrant le poing et en criant sur nous des insultes que nous ne comprenions pas. »

Alexandre Nicolas, Carnet, transcrit par Jean-Pierre Sembély

Il faut préciser que la propagande allemande faisait paraître des articles dans la presse pour annoncer l’arrivée de ces convois. Ce fut le cas par exemple à Friedrichsfeld :

« 10 septembre. Les premiers prisonniers. Vers 12 heures aujourd’hui, les premiers prisonniers, environ 1 200 Français et Anglais, ont été reçus […] Grands et petits, jeunes et vieux, se sont précipités. […] Vers 3 heures, le deuxième train arrive avec autant de prisonniers (français). Quelques trains supplémentaires devraient arriver dans la journée [traduction libre]. »

« Aus Westdeutschland », Duisburger General Anzeiger, 12 septembre 1914, p. 3

Il s’agissait de montrer le nombre conséquent de soldats ennemis faits prisonniers et par conséquent la supériorité militaire allemande.

Plusieurs historiens ont souligné le problème d’une arrivée aussi massive de prisonniers dans un pays qui n’était pas préparé à une telle affluence. Il faut préciser que la simple reddition de Maubeuge le 7 septembre 1914 permit à l’Allemagne de capturer environ 45 000 soldats. Ainsi l’Allemagne due-elle constituer des camps de prisonniers et édifier des baraques pour les loger. Celles-ci ne furent bien souvent terminées qu’en octobre ou novembre 1915 en étant construites par les prisonniers eux-mêmes qui en attendant logeaient dans des abris de fortune. Puis, comme le précise Évelyne Gaime1, ces prisonniers devinrent de la main-d’œuvre bon marché remplaçant les hommes envoyés sur le front dans les fermes, les usines ou les mines. Ces détenus étaient alors transférés dans des arbeitskommando (détachements de travail) libérant ainsi les baraques du camp principal pour de nouveaux arrivants.

Toutefois, certains prisonniers ont aussi dénoncé l’attitude de la population civile qui venait les observer à travers les barbelés du camp. Gilbert Arvengas écrit à Ohrdruf, en octobre 1914 :

« Le dimanche, les habitants des environs viennent en foule le long des fils de fer de notre clôture. À notre vue, leur confiance en la victoire se fortifie. Nous sommes l’attraction gratuite du pays et la réclame pour la guerre. »

Gilbert Arvengas, Entre les fils de fers, carnet d’un prisonnier de guerre (1914-1917), Paris, Jouve et compagnie, 1918, p. 19.

C’est d’ailleurs ce que dénonce Joë Bridge dans ce dessin du camp d’Altengrabow (la famille allemande est en bas à droite sur le dessin).

“Une famille endimanchée, venue tout exprès pour contempler les prisonniers de guerre” – Source : Joë Bridge, « Le camp d’Alten Grabow », Dessinateurs et humoristes. Artistes divers, série 2 : AH. Tome 1, collection Jacquet, 1915-1922, p. 74-75, Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.

En nous penchant sur la presse allemande de l’époque, nous nous rendons compte que cette attitude posait en fait de sérieux problèmes aux autorités allemandes. Tout d’abord, les Allemandes allaient au contact des prisonniers dans l’espoir de se procurer un trophée. C’est du moins ce que nous explique un article du Mülheimer Zeitung :

« Dimanche, plusieurs dames d’Essen qui visitaient le camp de prisonniers près de Wesel […] ont demandé aux prisonniers de leur remettre des boutons. Lorsque la sentinelle est intervenue, elles ne se sont pas laissées détourner. » Il précise même que le commandement du camp dû prendre des mesures : « Elles ont ensuite été dirigées vers la cuisine par une patrouille pour y éplucher les pommes de terre ; elles pouvaient emporter les épluchures avec elles en souvenir [traduction libre]. »

« Rheinland und Westfalen », Mülheimer Zeitung, 16 octobre 1914, p. 2

Mais plus encore, l’affluence autour du camp, notamment le dimanche engendrait l’encombrement des trains, des voitures (hippo ou automobiles) et des routes en général comme l’explique clairement cet article :

« Comportement honteux. Le camp français de Friedrichsfeld est visité en grand nombre par les curieux. L’administration des chemins de fer a protesté contre la ruée vers les trains circulant entre Oberhausen et Wesel le dimanche et ne veut plus permettre que les wagons soient surchargés. Le chemin de fer de Duisburg à Essen-Oberhausen-Wesel a transporté plus de 30 000 personnes le dernier dimanche, de sorte que tous les trains, y compris tous les trains express devaient être bourrés. Bien que les voyageurs qui se rendent à Wesel doivent marcher 4,2 kilomètres depuis la gare de Wesel jusqu’au camp français de Friedrichsfeld, ils ne craignent pas le coût de la 1ère classe de voiture. Un certain nombre d’autobus et de voitures sont disponibles, mais ils sont constamment surpeuplés, de sorte que peut-être deux ou trois pour cent des arrivants peuvent être transportés. Le trafic principal est maintenant plus dans une direction différente : via Dorsten-Hervest-Dorsten jusqu’à Schermbeck-Wesel. De plus, environ 250 à 300 voitures et automobiles occupent entièrement la route Oberhausen-Sterkrade-Holten-Dinslaken-Wesel. Environ 7 000 à 8 000 cyclistes étaient hier sur la route entre Sterkrade et Wesel [traduction libre]. »

« Provinzen und Bundestaaten », Hamborner Volks-Zeitung, 17 octobre 1914

À ces chiffres, il faut probablement additionner les locaux, venus eux aussi voir les prisonniers. Pour mémoire, la ville de Wesel, près de laquelle était situé le camp de Friedrichsfeld, comptait 24 000 habitants en janvier 1914. Nous ne pouvons donc que nous imaginer la cohue provoquée par une telle affluence autour d’un camp s’étendant sur 25 hectares. Il semble normal, surtout au vu de cet article, que cette sortie dominicale allemande, visiblement très courue, ait marqué les prisonniers.



Citer ce billet
Davye Cesbron (2023, 31 mars). Les prisonniers : une attraction pour les Allemands dans les premiers mois de la guerre. Prisonniers durant la Grande Guerre (1914-1918). Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t0sl

  1. Évelyne Gayme, Les prisonniers de guerre français : enjeux militaires et stratégiques, 1914-1918 et 1940-1945, Economica, 2010 []

Davye Cesbron

Spécialiste des camp de prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Aujourd'hui masterante à l'EHESS sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau. Admise au diplôme de l'EHESS à Paris "avec distinction", (Le Tuyau: journal du camp de prisonniers de Quedlinburg durant la Grande Guerre), sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau en alliant histoire et archéologie. De plus, elle travaille en collaboration avec l'historien allemand Thomas Wozniak sur les relations entre allemandes et prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Elle publie le site http://www.camp-de-quedlinburg.fr .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search