Transmettre l’expérience de la captivité de la Grande Guerre.

Comment transmettre la captivité de la Première Guerre mondiale ? Il m’a été donné de réfléchir à cette question lors d’un séminaire de l’EHESS intitulé “La guerre transmise”, animé par Stéphane Audoin-Rouzeau et Emmanuel Saint-Fuscien. Voici un résumé de cette intervention agrémenté de nouvelles réflexions.

La question de départ est simple : comment, une fois rentrés en France, les anciens détenus ont-ils pu transmettre à leurs descendants ce qu’ils ont vécu durant de longues années ?

L’écrit

Des témoignages écrits, mais pour qui et dans quel but ?

Certains anciens prisonniers ont bel et bien écrit dans le but de témoigner (cf. Les carnets de souvenirs et témoignages). Il s’agissait alors de lever tout soupçon sur la dureté de leur détention. Ainsi Ernest Kimpflin écrit-il un discours en 1919 débutant par ces mots : « Nombreux sont ceux, en France, qui, lisant les rapports publiés par la presse sur le sort réservé aux prisonniers français en Allemagne, en sont arrivés à cette conclusion, qu’il y avait peut-être, un peu de vrai, mais sûrement beaucoup d’exagération1». Le discours qui suit est donc un témoignage à charge comme son auteur l’avoue : « Ce que je poursuis comme idée, c’est tout d’abord, vous confirmer par des faits probants, indiscutables, affirmés par de nombreux témoins, dont quelques-uns sont ici présents, les actes de barbarie boche, et enfin, vous inviter, “à n’oublier jamais” “à ne jamais pardonner à ces barbares, les actes odieux dont ils se sont rendus coupables2. »

Ce type de récit est celui que l’on retrouve le plus fréquemment publié dans l’entre-deux-guerres. Mais ces témoignages sont privés de certains éléments par humilité. Ainsi, après avoir lu les cahiers de souvenirs de son ancien camarade, Maurice Vignot lui écrit-il : « Tu aurais pu remplir non pas 3 cahiers, mais peut être 10 avec le récit même sommaire de toutes tes tentatives, de tous les projets que tu as caressés. » Et il ajoute « je pourrais te le reprocher – si ce n’était au fond qu’une modestie de ta part – d’être silencieux sur bien des petits détails que tu as omis pour éviter de te louanger toi-même et de commettre le péché d’orgueil3 ! »

D’autres récits, plus rares ont pour objectif affiché de raconter la captivité aux descendants. L’exemple le plus frappant est celui d’Émile Pin qui explique :  « votre “Bon’maman” qui vous aime tant, témoin de votre joie à la lecture de contes plus ou moins fabuleux ou d’aventures plus ou moins vraisemblables, a pensé que le récit (parfois miraculeux) de la captivité de votre “Bon’Papa” vous intéresserait bien d’avantage4. » Ce récit nous est précieux, car il s’attarde sur des détails de la vie au camp, sur son organisation.

Toutefois un témoignage écrit a posteriori comporte forcément des oublis délibérés ou non. Le problème de sexualité des détenus est donc très souvent occulté. Lorsqu’il en est fait mention, une justification la suit très rapidement à l’instar de Raymond Dautin, qui précise au sujet des homosexuels dans les camps : « Les prisonniers comme tout le monde avaient aussi leurs passions. Mais il faut les excuser. Vous représentez vous, des hommes vivants seuls et privés de femme pendant des années5? »

Il y a également un corpus écrit très important à notre disposition : la correspondance. Ce qui frappe à sa lecture, c’est leur banalité. Rien de saillant ne ressort de ces cartes ou de ces lettres. En fait, certains carnets intimes nous montrent que le captif n’hésitait pas à écrire plusieurs brouillons avant la rédaction finale. Cela nous éclaire sur la banalité de la correspondance qui était en fait contrainte par la captivité puisqu’elles étaient soumises à la censure.

La transmission écrite est donc rare et biaisée ou épurée. Mais même en ayant le désir de tout transmettre, comment expliciter ce qui est de l’ordre de l’intime, du ressenti ?

Expliciter ce qui est de l’ordre de l’intime, du ressenti

Certains prisonniers ont tenté de transmettre certains aspects de la captivité. C’est le cas de Marcel Parmentier, un civil détenu à Quedlinburg puis à Havelberg. Il écrit tous les jours dans ses carnets (8 carnets au total)6. Son procédé est invariable : il donne la météo du jour. Par exemple le mardi 22 décembre 1914 commence par « il a gelé un peu ce matin » et le lendemain par « Le matin il fait un épais brouillard et il tombe quelques flocons de neige7 ». Il précise au passage ce que cela implique pour les prisonniers : le camp qui se transforme en marécage en cas de pluie ou la poussière qui s’insinue partout, y compris dans la soupe, en cas de beau temps. Cela participe à rendre la lecture monotone, mais une monotonie qui ne fait que se calquer sur la vie de captif. Le problème du temps de captivité interminable est en effet un des grands adversaires des prisonniers.

Marcel Parmentier, op. cit., carnet 2, p.162-163

La faim est également palpable dans de nombreux carnets. Certains racontent la faiblesse engendrée par la faim comme Renaud de la Frégéolière qui écrit : « J’ai faim ! Mes forces baissent ; depuis quelques semaines déjà je ne puis plus me réchauffer. Des frissons, combattus d’abord par la quinine, me parcourent tout entier et la nuit des tiraillements d’entrailles de plus en plus douloureux interrompent mon sommeil et me tordent sur mon grabat ! J’ai faim8! »

Cette faim hantait leurs pensées, confinant à la folie comme l’explique Géo Vallis : « Seule, la “folle du logie” menait parfois dans nos cervelles lasses un train de délire et de mirage. Aux tiraillements perpétuels de notre ventre correspondaient ironiquement dans notre tête des images culinaires d’un délice obsédant. […] Mieux que Brillat-Savarin, mais en rêve seulement, nous fricotions, nous charcutions, nous pâtissions; au bout du compte, dans nos casseroles, nous ne remuions que de l’oseille sauvage, du pissenlit, de jeunes pousses de seigle et quelquefois, trouvaille rare et enviée, un chat-huant, un corbeau, un petit étourneau, un serpent écorché, une souris, un hérisson à groin de cochon. Quand retombaient à terre les évocations succulentes, nous souffrions davantage9. »

Les dessins ou les peintures

D’autres prisonniers ramenèrent des dessins ou peintures permettant de rendre compte de leur captivité.

Maxime Bourrée par exemple a rempli un carnet de dessins, comme celui-ci intitulé « L’heure de la soupe ».

Maxime Bourrée, « L’heure de la soupe », Souvenir de la captivité en Allemagne, 1914-1918 : carnet de dessins de Maxime Bourrée, vol. 2, Presse Universitaire de Namur, 2017, p. 92.

Il faut savoir que ce qui était pompeusement appelé soupe était en fait de l’eau dans lequel surnageaient parfois quelques morceaux de légumes, et encore plus rarement un minuscule morceau de viande. La scène représentée ici est donc celle, quotidienne, du captif qui jalouse son camarade ayant un élément solide dans sa gamelle alors que la sienne ne contient que du liquide.

Un autre exemple montre un aspect plus trivial de la captivité : les latrines.

Dessin d’Ernest Boissel, collection Micheline Boissel

Ce dessin d’Ernest Boissel nous montre à quoi ressemblait l’intérieur des latrines du camp de Quedlinburg fin 1914. Outre le fait que tout s’effectuait en commun, certains détails nous en apprennent encore un peu plus sur la vie dans le camp. Par exemple, l’homme debout, appuyé sur le mur à gauche fume. Ernest Boissel illustre ici la façon dont les prisonniers contournaient l’interdiction de fumer alors valable dans tout le camp de Quedlinburg : ils fumaient simplement dans les latrines où, eu égard à l’odeur qu’il y régnait, aucune sentinelle allemande n’était postée.

Des objets

Des objets ont également été ramenés de captivité comme ce jeu de dominos.

Jeux de dominos réalisé dans le camp de Quedlinburg en 1914,
collection D. Cesbron

Il matérialise bien le problème du temps de la captivité. De par son utilité déjà, puisqu’il s’agit d’un jeu et que nous savons que pour « tuer le temps » les détenus jouaient aux dominos, à la manille et autres jeux collectifs. Mais la fabrication de ce jeu a aussi participé à occuper le prisonnier.

Un autre objet est emblématique de la captivité. Il s’agit d’une boîte en bois réalisée par Alexandre de Gieysz, alors prisonnier au camp de Friedrichsfeld pour sa fille Madeleine. Il en existe une seconde qui est identique excepté le nom Madeleine remplacé par celui de Genevière (deuxième fille de l’auteur). Cette boîte est conservée à l’Historial de la Grande Guerre de Péronne et a fait l’objet de plusieurs études, de la part de Nicolas Beaupré mais aussi d’Annette Becker10.

Photographies réalisée par Valérie Albac au cours de l’atelier “Biographie des objets” organisé durant l’école d’été 2023 du Centre de recherche international de l’Historial de la Grande Guerre à Péronne.

Elle comporte les mots “Souvenir” “d’exil” “Madeleine” (sur le dessus). Le choix du mot “exil” (au lieu de captivité par exemple) est intéressant puisqu’il exprime la mise à l’écart forcée du prisonnier de guerre. Mise à l’écart des combats, de la société, mais aussi de sa famille pour qui il ne se sent plus d’aucune utilité.

Enfin, deux dates sont également gravée “1914”, année du début de la captivité d’Alexandre de Gieysz et une seconde dont seuls les trois premiers chiffres ont été gravés : “191”.

Valérie Albac, op. cit.

La mise en attente de la gravure du dernier chiffre met en lumière un élément essentiel de la captivité de guerre : le prisonnier ignore la durée de sa détention à l’inverse d’un détenu de droit commun. Cette ignorance s’est avérée extrêmement pesante moralement déclenchant la “maladie des barbelés” chez nombre de captifs.

Les habitudes héritées de la captivité

Il y eu encore d’autre manière de transmettre, souvent sans le vouloir l’horreur de la captivité vécue.

Patrick, un britannique, m’expliqua en 2018 que son grand-père ne supportait pas une salière sur la table. Il dit au sujet du sel « il était toujours caché à l’arrière de son armoire et si vous l’utilisiez, vous deviez le remettre tout de suite en place ». Pourquoi cette aversion envers la présence du sel ? Il s’agissait d’un traumatisme relié à sa captivité. Il était en effet employé dans une mine de sel. C’est là qu’une des sentinelles fut tuée et son corps dissimulé par les prisonniers.

Mais le plus souvent, les rappels à la captivité furent plus subtils comme l’emploi du mot Kolossal (avec un K) utilisé d’un ton moqueur par les anciens prisonniers.

Un manque de transmission

Enfin, il convient de préciser que bon nombre de descendants actuels ignorent purement et simplement la captivité de leur ancêtre.

Les raisons de cet état de fait sont multiples :

  • le prisonnier de retour ne souhaitait pas partager son expérience. En effet, raconter sa captivité pouvait raviver des souvenirs douloureux.
  • il pensait son expérience inintéressante. Cette impression fut probablement renforcée par la vision négative de la captivité, certains, dont le gouvernement, soupçonnant les prisonniers de s’être rendus trop facilement.
  • manque d’intérêt des enfants et/ou de l’épouse souhaitant reprendre une vie normale rapidement.
  • le récit oral n’a pas été transmis aux générations suivantes.
  • un récit écrit existait, mais il a été perdu au cours des successions, des déménagements ou lors d’incendies par exemple.

La captivité d’un homme durant la Première Guerre mondiale est donc souvent découverte par ses petits-enfants ou arrière-petits-enfants au cours d’une recherche généalogique. Il nous faut donc, en tant qu’historien, tenter de transmettre le savoir accumulé sur la captivité de la Grande Guerre en fouillant dans les Archives Nationales, les archives du Service Historique de la Défense, à la Contemporaine, dans les dons réalisés auprès de différents musées, mais aussi grâce aux souvenirs écrits ou non transmis par les prisonniers à leurs descendants.



Citer ce billet
Davye Cesbron (2023, 15 juillet). Transmettre l’expérience de la captivité de la Grande Guerre. Prisonniers durant la Grande Guerre (1914-1918). Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t0sn

  1. Ernest Kimpflin, discours prononcé à la Brasserie “LE GLOBE” le soir de la remise de ses décorations, septembre 1919 []
  2. Ernest Kimpflin, op. cit. []
  3. Correspondance de Maurice Vignot à Joseph Branche, 25 décembre 1919, SHD, cote AI 1 P 28428-2 []
  4. Ernest Pin, Récit d’un prisonnier de guerre en 1914, collection Bernadette Verdeil []
  5. Raymond Dautin, Le calvaire d’un prisonnier de guerre, 1916-1918, AD de la Somme, cote 134 J 90, p. 137 []
  6. Marcel Parmentier, carnets de souvenir, argonnaute.parisnanterre.fr https://argonnaute.parisnanterre.fr/ark : / 14707/a011595511479xE7oGC/from/a011595511479mgWv5E []
  7. Marcel Parmentier, op. cit., carnet 2, p.162-163 []
  8. Renaud de la Frégéolière, A tire d’ailes. Carnet de vol d’un aviateur et souvenirs d’un prisonnier, Paris, librairie Plon, 1916, entrée du 15 mars 1915, p. 236. []
  9. Géo Vallis, En Allemagne : impression d’un évadé, de Douaumont à Manheim et aux camps de représailles et de punitions, Paris, Berger-Levrault, 1918, p. 67 []
  10. Annette Becker, “A Peculiar Trench Art: Prisoners of war and civilians under occupation on the Western Front”, Trench art and Archeology, Ypres 2009 []

Davye Cesbron

Spécialiste des camp de prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Aujourd'hui masterante à l'EHESS sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau. Admise au diplôme de l'EHESS à Paris "avec distinction", (Le Tuyau: journal du camp de prisonniers de Quedlinburg durant la Grande Guerre), sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau en alliant histoire et archéologie. De plus, elle travaille en collaboration avec l'historien allemand Thomas Wozniak sur les relations entre allemandes et prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Elle publie le site http://www.camp-de-quedlinburg.fr .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search