Les prisonniers de la guerre russo-ukrainienne, des similitudes avec ceux de la Première Guerre mondiale ?

Rapidement après le début de ce nouveau conflit, de nombreuses similitudes entre la guerre russo-ukrainienne et la Première Guerre mondiale ont été soulignées. Volodymyr Zelensky compare le siège de Marioupoul à la bataille d’Ypres. Les historiens ne sont pas en reste à l’instar de Stéphane Audoin-Rouzeau ou encore Nicolas Beaupré qui observe : « Des paysages de guerre comparables à ce qu’on a pu voir pendant la Première Guerre mondiale, à savoir des villages détruits à 100% le long de la ligne de front1. » Jusqu’à cette nuit du 22 au 23 juillet 2023 où la cathédrale d’Odessa est touchée par un missile devenant un « symbole des crimes de guerres de l’armée russe2 » à l’instar de la cathédrale de Reims bombardée en septembre 1914.

En tant qu’historienne, ces comparaisons m’ont, dans un premier temps, laissée dubitative. Non pas que je ne les voyais pas, il serait difficile de ne pas s’en rendre compte quand elles sont aussi flagrantes comme la présence des tranchées dans les deux conflits. Mais j’avais surtout peur que notre prisme d’historien de la Grande Guerre ne nous aveugle. J’entends par là que tout humain devant un événement nouveau a tendance à le rapprocher de ce qu’il connaît. Il me semblait donc logique qu’un historien de la Première Guerre mondiale souligne les similitudes entre la guerre en Ukraine et le conflit qu’il étudie, au risque de surinterpréter peut-être. Mais le conflit durant, les informations et les images arrivant, je me suis surprise à avoir les mêmes réactions devant les données concernant les actuels prisonniers que je comparais aux prisonniers de la Grande Guerre que j’étudie. C’est finalement un reportage photographique, accompagné d’un texte explicatif qui me pousse à écrire ces lignes.

Un reportage photographique publié sur Instagram

Des photographes ukrainiens, Kostiantyn et Vlada Liberov, alimentent leur compte Instagram de photoreportages sur la guerre se déroulant dans leur pays. Ces photographies, d’une qualité artistique remarquable, ne sont pas sans rappeler celles prises lors de la Première Guerre mondiale : gueules cassées, vie dans les tranchées, ruine, morts…

Exemple de ressemblance entre les deux guerres : à gauche une photo extraite du compte Instagram de Libkos (publiée le 9 mars 2023), à droite une photographie publiée dans L’Illustration du 1er décembre 19173.

Parmi tous les reportages proposés, l’un d’eux m’a particulièrement interpelée puisque la première photographie présente des hommes visiblement dans la cour d’une prison.

Reportage photographique sur un camp de prisonniers en Ukraine sur le compte Instagram Libkos

Mis en ligne le 19 avril 2023, il comporte en tout dix photographies que voici :

Un texte en ukrainien accompagnant l’ensemble de ces photographies peut être traduit par :

« Nous voulions depuis longtemps voir dans quelles conditions vivent ceux qui sont venus chez nous avec des armes pour nous tuer. Il s’est avéré qu’ils sont gardés comme dans un bon sanatorium. Et malgré la colère absolument justifiée au départ, nous devons comprendre qu’il s’agit en fait d’une bonne raison d’être fiers. Après tout, sous cet aspect, l’Ukraine se montre comme un État moderne qui adhère aux valeurs européennes civilisées. Contrairement au pays occupant. C’est aussi notre fonds d’échange, ne l’oublions pas.

En résumé, les prisonniers de guerre russes ont absolument tout ce qu’il faut pour vivre. Nous ne sommes pas sûrs que certains d’entre eux aient connu des conditions aussi confortables chez eux, en Russie. Des repas complets trois fois par jour, avec des normes caloriques. Un hôpital avec une radiographie, un cabinet dentaire moderne et des médecins qualifiés. Une surveillance constante par un psychologue.

Les prisonniers de guerre ont la possibilité de travailler, avec un choix d’emplois : assemblage de paquets et montage de meubles. Au travail, ils reçoivent bien sûr un salaire d’environ 30 à 40 UAH par jour. Et n’oublions pas qu’ils continuent à recevoir des salaires de la Fédération de Russie pendant tout ce temps. Les prisonniers de guerre peuvent dépenser l’argent qu’ils gagnent dans un magasin local : produits d’hygiène personnelle, collations, papeterie. Ils travaillent six jours par semaine, le dimanche étant un jour de congé, et ils peuvent se promener sur le territoire, jouer au football, aux dames, regarder la télévision dans la salle de loisirs ou aller à l’église.

Peut-être pensez-vous maintenant qu’après une telle attitude de la part de l’Ukraine, celle-ci commence à regretter d’avoir participé à cette guerre ? Commencent-ils à réaliser qu’ils ont commis un crime terrible ? Malheureusement, non. Du moins, ceux avec qui nous avons eu le temps de parler n’ont jamais prononcé un seul mot de remords. Ils pensent qu’ils ont obéi aux ordres, qu’ils y ont été contraints et qu’ils n’ont rien fait de mal. Certains d’entre eux croient même encore à la victoire de la Russie.

Ils ont l’air propres et bien nourris. Selon le personnel du camp, beaucoup d’entre eux prennent même du poids. Leur état de santé s’améliore également sous surveillance médicale constante. Par exemple, il y a de nombreux cas d’hépatite avancée et de tuberculose parmi les Wagnériens.

Ceux dont nous n’avons pas flouté le visage nous ont donné l’autorisation de publier [traduction libre]. »

Il y a bien évidemment des différences entre ce reportage et ceux produits pendant la Première Guerre mondiale. Tout d’abord, les camps d’hommes de troupe de la Grande Guerre n’étaient pas entourés de murs en béton, mais de plusieurs rangées de fils de fer barbelés. De plus, ils ne possédaient pas non plus d’appareils de radiographie, encore trop marginaux à l’époque (seulement 21 postes en 19144.

Mais de façon générale, les similitudes sont très frappantes même dans le choix des prises de vues.

La nourriture du prisonnier de guerre

Par exemple, la photographie du prisonnier boulanger rappelle celle des prisonniers français prise dans la boulangerie du camp de Güstrow en 1918. Cette dernière était insérée dans un ouvrage allemand présentant les camps situés en Allemagne sous leur meilleur jour.

A gauche une photographie extraite du compte Instagram de Libkos. A droite, photographie de la boulangerie du camp de Güstrow en 1918 (Source : Wilhelm Doegen et Theodor Kappstein, Kriegsgefangene Völker, Berlin, 1921, table 18.)

L’un des anciens prisonniers ukrainiens, rapatriés de Russie lors d’un échange, Artem Dyblenko, explique avoir perdu quarante kilos en quatre mois de détention (il pesait 108 kg auparavant)5. Il est précisé au sujet de la nourriture : « les gardiens lui servent quelques cuillères de bouillie de céréales, agrémentées le midi “d’une substance liquide, comme une soupe noyée d’eau”, de hareng de la Baltique, d’une demi-tasse de thé et de pain6».

La perte de poids et la soupe trop liquide sont des éléments récurrents dans les témoignages des prisonniers de la Grande Guerre. Par exemple, Nicolas Larivière, capturé en 1918, écrit « la soupe n’étant que de l’eau, à ce régime tout le monde maigrit […] Au bout de 6 semaines j’avais perdu 9 kilos7 ».

Le hareng fut également régulièrement servis aux captifs détenus en Allemagne comme le prouve les nombreux restes de poissons mis au jours lors de la fouille du camp de Quedlinburg réalisée en 20048.

Les mauvaises conditions de transport

L’ONU précise au sujet des soldats ukrainiens capturés par l’armée russe : « Les prisonniers de guerre ont ensuite été transportés vers des centres d’internement dans des conditions qui suscitent des inquiétudes. Ils ont souvent été emmenés dans des camions ou des bus surpeuplés, et n’ont parfois pas eu accès à de l’eau ou à des toilettes pendant plus d’une journée9.» Artem Dyblenko, précise que le transport s’effectue « sans savoir ce qui nous attendait10 ». L’ONU ajoute que les soldats russes faits prisonniers par des Ukrainiens ont eux aussi été transportés dans des camions et des fourgonnettes où ils étaient entassés11.

Les prisonniers de la Première Guerre mondiale se plaignaient également des conditions de transport vers leurs lieux de détention. La plupart d’entre eux étaient chargés dans des wagons à bestiaux, sans que des pauses pour pouvoir soulager leurs besoins naturels ne soient prévues comme le raconte Alexandre Nicolas, fait prisonnier lors de la reddition de Maubeuge le 7 septembre 1914 : « Nous étions affamés. Et bien sûr, dans ces moments là on ne mangeait pas beaucoup, mais on avait besoin quand même de faire. [rires] On était attrapés. Y avait celui qui avait des journaux, il faisait dans le journal puis il jetait dehors. Finalement les Allemands ont bien vu ça, puisqu’ils ont arrêté le train en rase campagne. Alors tout le monde sortait sur la voie. Et puis aller, hop ! [rires] Bah, en face tout le monde quoi12. »

L’incertitude du soldat fraichement capturé était également présente en 1914 « Me voici maintenant seul et blessé entre les mains des Allemands. Je me demandais ce qu’ils allaient faire de moi. J’étais anéanti par la fièvre mais j’avais assez de lucidité pour m’inquiéter de mon sort13. »

Problème d’hygiène

L’Ukrainien Artem Dyblenko raconte « Nous n’avions pas de brosse à dents, pas de dentifrice, pas de vêtements propres, et c’était l’été. Si j’avais pu, j’aurai même échangé ma voiture contre un bout de savon14. »

Là encore, difficile de ne pas comparer avec les premiers prisonniers de la Grande Guerre capturés notamment le 22 août 1914. Ils portèrent longtemps les vêtements dans lesquels ils avaient été capturés et ce sans pouvoir les laver convenablement comme le relate Marcel Riégel : « N’ayant pas de rechange de linge, il nous était impossible de faire notre lessive. Devant cette malpropreté, involontaire de notre part, nous étions au bout de quelques semaines envahis de poux15.» Notons toutefois que ce problème fut réglé par la réception des colis contenant des vêtements ainsi que du savon.

Manque de nouvelles

Artem Dyblenko témoigne avoir « vécu quatre mois dans un vide informationnel absolu. Je n’avais aucune nouvelle de ma famille ou du front10. » Il explique également que les Russes lui ont fait croire que sa ville natale avait été conquise16.

Durant les premiers mois de captivité en Allemagne (fin d’année 1914 et début d’année 1915 principalement), les prisonniers vécurent le même type de problèmes. Les Allemands pouvaient parfois leur faire part de nouvelles mais elles étaient souvent fausses. L’un d’eux raconte son arrivée au camp de Friedrichsfeld : « Les malheureux étaient très contents d’apprendre que la France n’était pas réduite au point où les allemands le leur disaient. On leur disait en effet qu’en France on manquait de nourriture. Que l’on y mangeait de l’orge bouillie et qu’il y avait des grèves à chaque instant17. » Mais, il faut préciser que rapidement les captifs se procurèrent clandestinement des journaux français18.

Le manque de nouvelles de la famille fut parfois long et cruel. Marcel Parmentier, capturé le 21 septembre 1914, explique dans ses carnets : « c’est avec anxiété que nous attendons des nouvelles de nos malheureuses familles et notre pays qui est peut-être détruit19 Norman Cowann lui ne reçut jamais aucune correspondance : « Je n’ai jamais reçu de colis parce que j’étais porté disparu, on m’a cru tué. Ils n’ont jamais su à la maison parce que je n’ai jamais reçu de lettres. Pour l’armée, pour la Croix-Rouge, j’étais mort [traduction libre]20. »

Violences et humiliations envers les prisonniers

Dans son témoignage, l’Ukrainien Artem Dyblenko relate les nombreux coups reçus en Russie. Il précise également avoir eu les cheveux et la barbe coupés. De même, l’ONU précise avoir reçu des « allégations crédibles d’exécutions sommaires de personnes hors de combat et plusieurs cas de torture et de mauvais traitements qui auraient été commis par des membres des forces armées ukrainiennes21. » La nudité forcée est également utilisée, notamment par la Fédération de Russie, dans le but d’humilier les prisonniers6. Ces agissement vont à l’encontre de la Troisième Convention de Genève qui devait, depuis 1929, mieux protéger les prisonniers de guerre22. L’Ukraine comme la Fédération de Russie se sont toutes deux engagées à respecter cette convention,

Heather Jones a brillamment démontré que les prisonniers de toutes les nationalités ont été victimes de violences durant la Première Guerre mondiale23. Les mauvais traitements étaient donc courants, a fortiori dans les camps de représailles. Mais des exécutions sommaires pouvaient également avoir lieu dans des camps classiques d’hommes de troupe à l’instar de trois Russes tués par une sentinelle allemande, car « affamés, ils « tendaient leur gamelle vers notre baquet de soupe24. »

De même, retrouvons-nous l’humiliation par la tonte et la nudité forcée. Marcel Parmentier, prisonnier civil, relate l’arrivée d’une prisonnière russe dans le camp d’Havelberg : « On a ensuite conduit cette femme dans la partie de la cour située entre le bâtiment à douches et la machine. Là, en présence d’une femme interprète, de 2 ou 3 sous-officiers boches et des prisonniers occupés à la machine, cette malheureuse complètement nue, a été à la tondeuse, débarrassée de sa chevelure et du reste25. »

Ainsi, l’Allemagne, la France ou l’Angleterre ne respectèrent-elles pas les accords signés lors de la convention de La Haye du 18 octobre 1907.

Quelles conclusions ?

Les similitudes entre prisonniers de la guerre russo-ukrainienne et Première Guerre mondiale sont donc réelles. Il faut espérer que le sort des prisonniers actuels va s’améliorer comme ce fut le cas pour une majorité de ceux de 1914-1918. Toutefois, si l’histoire se répète, il est fort probable que certains soient d’ores et déjà employés comme travailleurs forcés dans des usines d’armement et/ou à l’arrière du front. Le nombre de prisonniers qui vont mourir du fait de ces mauvais traitements alors même qu’ils devraient être protégés, puisque non armés, ne va cesser d’augmenter.

En tant qu’historiens, nous devons tenter de comprendre les mécanismes en jeu dans la maltraitance des prisonniers. Il est possible qu’il s’agisse du résultat de l’escalade de la violence comme le rappelle Heather Jones dans l’ouvrage précité. Rappelons également que les brutalités à l’encontre des prisonniers sont souvent le fait d’hommes isolés. La déshumanisation de l’ennemi rend ces violences plus acceptables, voire excusables, par les compatriotes de leurs auteurs. En effet, les commentaires écrits au sujet du photoreportage publié sur Instagram peuvent être résumés ainsi : puisque ce sont des ennemis, vu ce qu’ils nous font subir, nous n’avons pas à bien les traiter.

Souligner ces similitudes est de notre devoir puisque l”Histoire permet « de connaître le passé, comprendre le présent et se projeter dans l’avenir26. »



Citer ce billet
Davye Cesbron (2023, 22 juillet). Les prisonniers de la guerre russo-ukrainienne, des similitudes avec ceux de la Première Guerre mondiale ? Prisonniers durant la Grande Guerre (1914-1918). Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t0so

  1. La guerre en Ukraine, un conflit aux faux airs de Première Guerre mondiale, Geo, 14 juin 2022 []
  2. En Ukraine, la cathédrale d’Odessa, nouveau symbole des crimes de guerre de l’armée russe, Le HuffPost, 23 juillet 2023 []
  3. L’Illustration, t. CL, n°3900, 1er décembre 1917, p. 545 []
  4. Pol, « La radiographie, cent ans d’innovations, et ça continue », Podscascience.fm, 19 avril 2016, https://www.podcastscience.fm/dossiers/2016/04/19/la-radiographie-cent-ans-dinnovations-et-ca-continue/ []
  5. Fabien Magnenou, Raphaël Godet, Mathieu Dreujou, « Guerre en Ukraine : “Vous êtes frappé tout le temps, sans aucune raison”, raconte un ancien prisonnier de guerre en Russie », FranceInfo, 18 avril 2023, https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/manifestations-en-ukraine/temoignage-guerre-en-ukraine-vous-etes-frappe-tout-le-temps-sans-aucune-raison-raconte-un-ancien-prisonnier-de-guerre-en-russie_5737688.html []
  6. Ibid. [] []
  7. Archives Nationales, cote PI_026 []
  8. Volker Demuth, « Those who survived the battlefiels, archeological investigations in a prisoner of war camp near Quedlinburg (Harz/Germany) from the first world war », Journal of Conflict Archeology, Vol.5, 2009, p. 175 []
  9. Matilda Bogner, Ukraine/Fédération de Russie : prisonniers de guerre, notes de conférence de presse du Haut-Commissariat aux droits de l’homme, 15 novembre 2022 []
  10. Fabien Magnenou, Raphaël Godet, Mathieu Dreujou, op. cit. [] []
  11. Matilda Bogner, op.cit. []
  12. Alexandre Nicolas, Fait prisonnier à Maubeuge, enregistrement de 1966, première bande, collection Jean-Pierre Sembély []
  13. Raymond Dautin, Le calvaire d’un prisonnier de guerre, 1916-1918, AD de la Somme, cote 134 J 90, p. 11 []
  14. Fabien Magnenou, Raphaël Godet, Mathieu Dreujou, op.cit. []
  15. Marcel Riégel, Souvenirs de Guerre -1914-1918, Paris, La Cause des Livres, 2008, p.151 []
  16. Ibid. []
  17. Ferdinand Boillet, Souvenir de ma captivité en Allemagne, p.5 []
  18. Davye Cesbron, Le Tuyau : journal du camp de prisonniers de Quedlinburg durant la Grande Guerre, mémoire de diplôme de l’EHESS, 2022, p. 90-95 []
  19. Marcel Parmentier, carnets de souvenir, https://argonnaute.parisnanterre.fr/ark:/14707/v18nxsc2bf3w/697a22bd-031a-4257-a678-fbc24d3be976, carnet 1, 13 novembre 1914 []
  20. «I never received any parcels because I was missing, believed killed, me. They never knew at home because I never received any letters at all, as far as the army was concerned, as far as the Red Cross was concerned, I was dead.» Source: Richard Van Emden, Prisoners of the Kaiser : The last POWs of the Great War, Barnsley, South Yorkscher : Pen & Sword Books Ltd., 2000, p. 133 []
  21. Matilda Bogner, op. cit. []
  22. Prisonniers de guerre et autres personnes privées de liberté, CICR []
  23. Heather Jones, Violence against Prisoners of War in the First World War : Britain, France and Germany, 1914-1920, Cambridge University Press, 2011 []
  24. Aimé Souché, L’instituteur raconte sa captivité []
  25. Marcel Parmentier, op. cit., carnet 5, vue 31 []
  26. Ljiljana Jovic, « L’Histoire pour connaître le passé, comprendre le présent et se projeter dans l’avenir », Recherche en soins infirmiers, vol. 109, n] 2, 2012, p. 5 []

Davye Cesbron

Spécialiste des camp de prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Aujourd'hui masterante à l'EHESS sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau. Admise au diplôme de l'EHESS à Paris "avec distinction", (Le Tuyau: journal du camp de prisonniers de Quedlinburg durant la Grande Guerre), sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau en alliant histoire et archéologie. De plus, elle travaille en collaboration avec l'historien allemand Thomas Wozniak sur les relations entre allemandes et prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Elle publie le site http://www.camp-de-quedlinburg.fr .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search