Retrouver un prisonnier de la Première Guerre mondiale : la fiche matricule

 

Éléments à connaître avant de débuter la recherche

Il vous faut tout d’abord connaître quelques éléments. Tout d’abord l’année de naissance de votre aïeul ainsi que son lieu de résidence au moment où il a fait son service militaire (c’est-à-dire lorsqu’il a eu 20 ans).

Afin de mieux vous expliquer la démarche, nous prendrons l’exemple de Théophile Radin, né en 1889 à Pierric, dans la Loire-Atlantique. A 20 ans, il habitait à Redon, en Ille-et-Vilaine.

Table des registres matricules

Il faut commencer la recherche dans les fiches matricules. Elles sont conservées par les Archives Départementales. Celles-ci les ont bien souvent numérisées et misent en lignes ce qui facilite grandement la recherche.

Pour trouver la fiche de Théophile, rendons-nous sur le site internet des Archives Départementales d’Ille-et-Vilaine puis regardons dans les “archives en ligne”.

Là nous trouvons les “Tables des registres matricules”. On nous demande de donner une année de “classe”. Celle-ci correspond à l’année de naissance + 20 ans. Dans le cas de Théophile 1889 + 20 = 1909. Il est donc de la classe 1909.

Il est courant que plusieurs tables soient proposées. Chacune correspond à une subdivision militaire. Par exemple ici, il nous est proposé Rennes, Vitré ou Saint-Malo. Redon (où habite Théophile) dépend de Rennes. Nous sélectionnons donc la table de Rennes. Si vous ne connaissez que le département de résidence ou que vous avez un doute sur la bonne subdivision, pas de panique. Il vous suffira de vérifier dans toutes les tables, ce qui est assez rapide.

Une fois que le document est ouvert, la recherche s’effectue par ordre alphabétique.

Exemple de table de registres matricules : Théophile Radin porte le n° de recrutement 1110.
Source : Archives Départementales d’Ille-et-Vilaine, cote 1 R 2064.

Théophile Radin apparait donc logiquement à la lettre R. La première colonne contient les noms, la seconde les prénoms. La troisième colonne requiert toute notre attention. Elle donne un numéro. Ce numéro est celui du numéro de recrutement que nous noterons soigneusement. Il s’agit ici du n°1110. La dernière colonne porte le n°3. Il s’agit du numéro de volume des registres.

Registre matricule

Munis de ces informations, nous recommençons la recherche cette fois-ci dans les registres matricules de 1909 de la subdivision de Rennes. Le numéro s’affiche invariablement en haut à droite de la fiche. Il suffit de trouver le n°1110.

Exemple de fiche matricule : Théophile Radin, classe 1909 au recrutement de Rennes, n°1110.
Source : Archives Départementales d’Ille-et-Vilaine, cote 1 R 2060.

Elle est bien au nom de Théophile Radin.

Attention : une fiche matricule peut comporter plusieurs pages (sous forme de rajouts). N’hésitez donc pas à regarder les pages avant et après pour vérifier qu’il n’y a pas d’autres éléments.

Lire la fiche matricule

Une fiche matricule peut donner plusieurs éléments en plus de l’état-cil du soldat.

Vous y trouverez ainsi :

  • sa description
  • son degré d’instruction (cette information est parfois absente)
  • ses corps d’affectation c’est à dire les régiments auquel il a été affecté
  • ses lieux de résidence

Dans le cadre de notre recherche, nous nous concentrerons sur la partie centrale de la fiche. C’est là que le mention “prisonnier” ou “en captivité” apparaît. Nous pouvons y trouver les date et lieu de capture, le nom du camp d’internement ainsi que la date de libération.

Extrait de fiche matricule de Théophile Radin, classe 1909 au recrutement de Rennes, n°1110.
Source : Archives Départementales d’Ille-et-Vilaine, cote 1 R 2060.

La fiche matricule de Théophile nous apprend qu’il a disparu le 24 avril 1918 à Hangarden. Il fut enregistré comme prisonnier le 3 mai 1918. Par contre, nous n’avons pas de nom de camp. Nous n’avons pas non plus de date de libération puisque Théophile apparaît comme décédé le 31 août 1918. Un lieu est ici précisé : le lazaret de Quedlinburg. Il s’agit de l’infirmerie du camp de Quedlinburg, en Allemagne. Nous avons l’élément que nous cherchions : le nom d’un camp.

Toutefois, la recherche peut-être complétée par d’autres éléments contenus dans d’autres types d’archives. De futurs billets de cette rubrique vous donneront les modes d’emplois pour obtenir des informations complémentaires.

Bonnes recherches !

Pour citer cet article: Davye Cesbron, "Retrouver un prisonnier de la Première Guerre mondiale : la fiche matricule," in Prisonniers durant la Grande Guerre (1914-1918), 25/01/2022, https://prisonniers.hypotheses.org/295.

Davye Cesbron

Spécialiste des camp de prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Recherches sur le camp de Quedlinburg commencées en 2004. Admise au diplôme de l'EHESS à Paris "avec distinction", (Le Tuyau: journal du camp de prisonniers de Quedlinburg durant la Grande Guerre), sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau en alliant histoire et archéologie. Elle est licenciée de l'université Toulouse Jean-Jaurès en archéologie. De plus, elle travaille en collaboration avec l'historien allemand Thomas Wozniak sur les relations entre allemandes et prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Elle publie le site http://www.camp-de-quedlinburg.fr .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search