La cartographie

Lorsqu’on parle des prisonniers en Allemagne, un problème conséquent apparait rapidement : comment réaliser une carte permettant notamment de localiser les différents camps ?

Des cartes disponibles

Des cartes sont déjà disponibles sur Internet, par exemple sur Wikipedia.

Malheureusement, il y manque certaines informations. Ici, les camps pour les officiers n’apparaissent pas. Il ne s’agit aucunement d’un hasard, mais d’un choix de l’auteur.

Pourquoi ? Parce que réaliser une carte des camps de prisonniers en Allemagne durant la Première Guerre mondiale est très complexe. Cela peut paraître simple à première vue, mais nous rencontrons plusieurs difficultés.

Le premier écueil est de bien différencier les camps principaux des détachements de travail, ce qui n’est pas aussi aisé qu’il n’y paraît et demande un travail minutieux. Cécile Perdigon a travaillé sur le sujet en présentant une liste détaillées des lieux de détention.

L’autre obstacle consiste à éviter les erreurs de localisation. Nous pouvons par exemple nous appuyer sur des cartes de localisation des camps réalisées à l’époque à l’instar de celle de la Croix-Rouge Française publiée en 1915.

Croix-Rouge française, Camps des prisonniers français en Allemagne, A; Taride, Paris, 1915 – Source gallica.bnf.fr / BnF

Il existe aussi la carte d’Una Birch Pope-Hennessy réalisée en 1917.

Una Birch Pope-Hennessy, Map of the main prison camps in Germany and Austria, Nisbet & Co, London, 1917. Source : Beinecke Rare Book and Manuscript Library
Attention aux erreurs

Bien que très utiles, ces cartes comportent quelques erreurs. Par exemple, un camp est recensé à Pasau alors que je n’en ai trouvé mention nul part.

Un camp à Passau ? ( Extrait de Croix-Rouge française, op. cit.)

La seconde carte propose, quant à elle, deux localisations différentes de Münster. De même, elle propose un camp à Wesel et un second à Friedrichsfeld alors qu’un seul et unique camp principal est situé à Friedrichsfeld près de Wesel.

Deux localisations pour Münster et un camp à Wesel (Extrait d’Una Birch Pope-Hennessy, op. cit.)

Ces erreurs sont d’autant plus excusables que ces cartes ont été éditées au cours de la guerre. Pour l’historien actuel, il convient donc de bien vérifier les données.

L’idéal est alors de s’appuyer sur des sources allemandes recensant les camps par corps d’armée telles que l’ouvrage de Wilhelm Doegen et Theodor Kappstein1. Ils proposent notamment un tableau récapitulant le nombre de prisonniers par camp au 10 octobre 1918, en distinguant les grades et les nationalités. Mais, là encore, nous nous confrontons à un nouveau problème puisque cet ouvrage, paru en 1921, ne recense pas les camps fermés au cours de la guerre comme celui d’Ohrdruf (fermé en 1916).

Des outils actuels de cartographie mais une carte surchargée

Aujourd’hui, pour réaliser une carte, il existe les logiciels SIG, comprenez Système d’Information Géographie. Pour parler simplement, ils permettent de géolocaliser des points, de créer des fonds de carte… L’idée est de pouvoir manipuler plus facilement les données ainsi entrées. Il est ainsi possible de catégoriser des points en différenciant par exemple, via un code couleur, les camps d’hommes de troupe de ceux réservés aux officiers. Comme bon nombre de mes collègues, j’utilise le logiciel QGIS qui a le mérite d’être gratuit.

Malheureusement, un logiciel, aussi puissant soit-il ne peut résoudre tous les problèmes auxquels nous sommes confrontés lors de la réalisation d’une carte. Dans notre cas, eu égard au nombre conséquent de camps recensés (166 à priori), il est très compliqué de ne pas surcharger la carte.

Pour illustrer mon propos, voici une carte recensant tous les camps principaux.

Davye Cesbron, Carte des camps de prisonniers en Allemagne (1914-1918), 2023.

Même en diminuant les noms des camps, à la limite de la lisibilité, certains noms de camps n’apparaissent pas. Et de toute manière, il est difficile de s’y retrouver avec une telle densité. J’ai pourtant tenté de la simplifier en regroupant certains camps, comme ceux de Münster I, II et III.

Des compromis

Il est nécessaire d’opter pour d’autres solutions même si elles ne sont pas toujours satisfaisantes. Ici, j’ai décidé de réaliser deux cartes : l’une pour les camps d’hommes de troupe et les civils et l’autre pour les camps d’officiers. Chaque camp est numéroté. Il faut donc se reporter à un tableau des camps classés par ordre alphabétique. Cette solution est loin d’être idéale; mais elle a le mérite de fonctionner.

Davye Cesbron, Carte des camps de prisonniers (hommes de troupe) en Allemagne (1914-1918), 2023.
Davye Cesbron, Carte des camps de prisonniers (officiers) en Allemagne (1914-1918), 2023.
Nécessité de cartes complémentaires

Outre les potentielles erreurs pouvant encore subsister, mais que le SIG permet de corriger assez rapidement, ces cartes ne rendent pas pleinement compte de la réalité. En effet, les camps comptaient un nombre variable de captifs s’échelonnant de 44 à 95 421 individus. Difficile dans ces conditions de dire à l’aide de simples points sur une carte si les prisonniers étaient répartis uniformément sur le territoire allemand ou non. Une carte de densité est donc nécessaire.

Davye Cesbron, Carte des densités de prisonniers en Allemagne (1914-1918), 2023. Carte réalisée en s’appuyant sur les chiffres du 10 octobre 1918 donnés par Wilhelm Doegen et Theodor Kappstein2

Elle permet de constater que certaines zones sont plus denses que d’autres. Ces zones correspondent le plus souvent à des régions industrielles importantes en Allemagne ce qui illustre la répartition stratégique des prisonniers dans le but de les employer en lieu et place d’Allemands partis combattre.

Je pourrai multiplier les exemples des problèmes rencontrés et des cartes qu’il est possible de réaliser sur le sujet. Mais l’idée de ce billet était de vous faire partager les différentes questions se posant aux cartographes.

Si vous avez des questions ou des idées de cartes concernant les prisonniers, n’hésitez pas à me contacter ou à laisser un commentaire. Je vous répondrai avec plaisir.



Citer ce billet
Davye Cesbron (2023, 25 août). La cartographie. Prisonniers durant la Grande Guerre (1914-1918). Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t0sp

  1. Wilhelm Doegen et Theodor Kappstein, Kriegsgefangene Völker, Berlin, 1921 []
  2. Ibid. []

Davye Cesbron

Spécialiste des camp de prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Aujourd'hui masterante à l'EHESS sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau. Admise au diplôme de l'EHESS à Paris "avec distinction", (Le Tuyau: journal du camp de prisonniers de Quedlinburg durant la Grande Guerre), sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau en alliant histoire et archéologie. De plus, elle travaille en collaboration avec l'historien allemand Thomas Wozniak sur les relations entre allemandes et prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Elle publie le site http://www.camp-de-quedlinburg.fr .

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Mauran dit :

    Merci pour cet excellent billet méthodologique.
    Je m’intéresse à l’histoire des premiers jours de la guerre de 1914 moment où tout cela se met en place. Il se trouve que je suis aussi libraire relieur et je propose la collection du journal du camp de Trêves ( coin de France) paru sur 11 numeris en 1918 (le n.1 est en deficit). Venez le voir sur mon site !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search