La cartographie en histoire : importance du fond de carte

Étant actuellement en pleine création de cartes, je suis confrontée à divers problèmes évoqués dans le billet sur la cartographie. Mais j’aimerais aborder aujourd’hui un autre choix primordial en cartographie et plus particulièrement en histoire : celui du fond de carte.

Définition du fond de carte

D’après Nicolas Lambert et Christine Zanin, “le fond de carte est le contenant de l’information à représenter. Il sert de support et permet la spatialisation du phénomène. Il doit être adapté à la complexité de la carte à réaliser et à l’objectif du projet cartographique1.”

Par exemple pour une représentation spatiale des zones de provenances de prisonniers français, il faut choisir un fond de carte avec des régions ou des départements colorisables.

Carte d’origine des prisonniers français de
Quedlinburg par départements – Davye Cesbron
Un problème de temps

La carte utilisée en exemple est tout à fait lisible, mais il existe pourtant une erreur de fond de carte que m’a fort justement fait remarquer Franziska Heimburger : il s’agit des départements actuels et non pas ceux de 1914. C’est effectivement une [mauvaise] habitude que celle de rechercher un fond de carte déjà géoréférencé (le format shapefiles lorsqu’on travaille sous QGIS) l’idée étant de gagner du temps. Pourtant, en cherchant bien, il est parfois possible de trouver le ficher adéquat à l’instar du travail de Victor Gay sur le Dataverse de Harvard proposant de nombreuses cartes de la France de la IIIe République (de 1870 à 1940). Sur la carte ci-dessous, représentant les départements français en 1914, à part l’Alsace et la Lorraine, il n’existe que quelques différences avec la carte précédente notamment dans la région parisienne ou encore en Corse.

Victor Gay, “Mapping the Third Republic. A Geographic Information System of France (1870–1940).” Historical Methods: A Journal of Quantitative and Interdisciplinary History, 54(4), 2021, p. 189–207.

S’il y a bien un anachronisme, il ne porte visiblement pas vraiment à conséquence. De plus, il rend plus facile notre lecture d’une carte avec des départements auxquels nous sommes habitués. Alors en quoi est-ce problématique ?

Pourquoi est-ce problématique ?

Pour comprendre les soucis potentiels engendrés par un fond de carte non adapté, le mieux est de prendre un cas concret. Appuyons-nous sur ma recherche en cours concernant les évadés de la Première Guerre mondiale. Je souhaitai visualiser les obstacles rencontrés par les fugitifs et singulièrement les fleuves ou rivières difficiles à traverser, car les ponts étaient militairement gardés. Les évadés devaient donc voler des embarcations ou, s’ils n’en trouvaient pas, se résoudre à tenter une traversée à la nage pouvant se solder par une noyade.

Pour ce faire, j’ai importé dans mon projet de carte les shapefiles EGM datés de 2022. Il s’agit de fichiers cartographiques concernant 47 pays et représentant différents éléments tels que les transports, les zones bâties, la toponymie ou, ce qui nous intéresse dans l’immédiat, l’hydrographie. Le tout est géoréférencé et mis à disposition gratuitement.

Voici par exemple l’hydrographie entre le camp de Friedrichsfeld et les Pays-Bas, objectif des fugitifs.

Hydrographie autour du camp de Friedrichsfeld. Davye Cesbron

Toutefois, dans les témoignes écrits au sujet des fleuves ou des rivières à traverser à proximité du camp, nous ne trouvons mention que du Rhin ou de la Lippe. Alors à quoi correspond ce qui apparait entre la Lippe et le camp ? En zoomant un peu apparaît le nom du Wesel-Datteln-Kanal.

Le Wesel-Datteln-Kanal entre le camp de Friedrichsfeld et la Lippe. Davye Cesbron

S’il s’agit d’un canal non mentionné dans mes sources de 1914-1918, peut-être a-t-il été construit par la suite ? C’est ce que confirme une carte de 1901.

Karte des Deutschen Reiches, n°353 Wesel, 1901, disponible dans la Deutsche Fotothek.

Suite à cette découverte, il s’est avéré nécessaire d’importer d’anciennes cartes dans mon projet QGIS en les géoréférençant. Il était ensuite plus facile d’éliminer de ma cartographie les cours d’eau non présents durant la Grande Guerre.

L’utilité de la précision temporelle en cartographie

Afin de comprendre les erreurs que peut engendrer un mauvais fond de carte, prenons maintenant l’exemple des voies de chemin de fer. Celles-ci étaient très utilisées par les évadés pour s’orienter. Ainsi, dans les récits retrouve-t-on les noms des lignes suivies. Il est dès lors possible de retracer le parcours d’un fugitif l’idée étant de vérifier ou d’infirmer l’impression que les évadés suivaient potentiellement les mêmes itinéraires.

Là encore l’EGM est d’une grande aide en proposant une cartographie des voies ferrées. Après importation dans mon projet, elles apparaissent sur ma carte (ci-dessous).

Les voies ferrées autour de Friedrichsfeld en 2022. Davye Cesbron.

Mais en comparant avec les cartes du début du XXe siècle dont il a déjà été fait mention, nous nous apercevons rapidement qu’il y a un problème. Le réseau ferré était bien plus dense à l’époque qu’aujourd’hui. Afin de comparer, voici ce qui apparaît lorsque nous dessinons chaque voie de chemin de fer répertoriée sur les anciennes cartes.

Les voies ferrées autour de Friedrichsfeld en 1914. Davye Cesbron.

En fonction de l’itinéraire suivi, il est donc très facile de commettre des erreurs d’interprétation si nous nous fions au fond de carte d’aujourd’hui, d’autant qu’il faut ajouter, en plus des voies de chemin de fer, le problème des routes, des chemins de fer, des forêts ou encore des marécages qui étaient autant de points de repère pour les fugitifs.

Il est donc nécessaire de se référer aux cartes les plus proches de la période étudiée même si leur géoréfencement et surtout le fait de devoir dessiner les éléments importants pour notre recherche peut être assez fastidieux. Mais il est ainsi possible de proposer des itinéraires relativement fiables, de calculer les distances parcourues et de vérifier l’existence de potentiels points de passage habituellement empruntés par les évadés. Cela permet également de mieux appréhender le vécu des fugitifs.

Par exemple, René Bayart explique : ” Nous marchons ainsi près d’une demi-heure quand nous nous trouvons en face de ce qui nous semble être, dans l’obscurité, un cours d’eau. Après avoir longé un moment la rive pour y trouver soit une barque, soit un passage quelconque sans aucun résultat, nous décidons de tenter le passage à la nage. Nous rentrons tout habillés dans l’eau qui nous monte jusqu’aux genoux d’abord, jusqu’à la ceinture ensuite, mais nous avons beau marcher nous n’enfonçons pas davantage. Mais nous ne rencontrons pas non plus l’autre rive que nous pensions trouver à peu de distance, et nous nous rendons compte bientôt que ce que nous prenions pour un cours d’eau est en réalité un marais infect dans lequel nous sommes déjà fortement engagés2.”

En retraçant son itinéraire, nous comprenons que ce marécage est celui qui bordait la Nette. René Bayart indique également une route qui traverse les marais en direction de l’ouest, route que nous retrouvons sur la carte de l’époque. Puis il parle d’une forêt dans laquelle il s’est réfugié après avoir traversé Kaldenkirchen et qui longe “la ligne de chemin de fer qui, nous le savons, pénètre en Hollande3.” Là encore, la carte ancienne nous permet de repérer ces éléments et de retracer un itinéraire présenté ci-dessous.

Itinéraire suivi par René Bayart lors de son évasion (en rouge) aux alentours de Kaldenkirchen avec en fond la Karte des Deutschen Reiches, n°377 Kaldenkirchen, 1903, disponible dans la Deutsche Fotothek.

Malheureusement, il n’est pas possible de simplement adopter comme fond de carte ces cartes anciennes qui contiennent beaucoup trop de détails, les rendant inutilisables dès que l’on souhaite dézoomer (la preuve en image ci-dessous).

Itinéraire suivi par René Bayart lors de son évasion (en rouge) entre Crefeld et Venlo avec en fond la Karte des Deutschen Reiches, n°377 Kaldenkirchen, 1903, disponible dans la Deutsche Fotothek.

Pour une meilleure lisibilité les informations importantes ont donc été intégrés à un fond de carte plus basique avec le résultat présenté ci-dessous.

Itinéraire suivi par René Bayart lors de son évasion (en blanc) aux alentours de Kaldenkirchen. Davye Cesbron

Le SIG permettra une mise à l’échelle automatique de tous les éléments même en dézoomant.

Itinéraire suivi par René Bayart lors de son évasion (en blanc) entre Crefeld et Venlo. Davye Cesbron.

Vous le voyez, la cartographie est un très bon outil pour l’historien. Elle permet de visualiser certains éléments et ainsi de vérifier certaines intuitions ou impressions. Pour ce faire, il ne faut pas hésiter à choisir avec soin son fond de carte quitte à consacrer quelques jours ou semaines à trouver puis géoréférencer d’anciennes cartes et à dessiner les éléments qui vous semblent indispensables à la bonne compréhension de votre étude. Ainsi vous vous ferez une idée plus précise de votre sujet et vous mesurerez également à quel point les paysages ont évolué même sur une courte période comme dans ce cas où en 100 ans la forêt proche de la frontière a diminué et où les marécages ont été aménagés en lac nommé Hinsbecker Bruch.

Les évolutions du paysage près de la frontière hollandaise aux environs de Kaldenkirchen et Venlo, vus par satellite en 2009. Google Earth.

Bien évidemment, chaque période de l’histoire et plus encore chaque sujet de recherche à ses spécificités. À chacun de définir ses objectifs et le temps qu’il désire consacrer à la cartographie. Mais, une fois encore, il faudra faire des choix et des compromis dans le but de présenter une carte historiquement fiable et compréhensible.



Citer ce billet
Davye Cesbron (2023, 2 septembre). La cartographie en histoire : importance du fond de carte. Prisonniers durant la Grande Guerre (1914-1918). Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t0sq

  1. Nicolas Lambert et Christine Zanin, « Le fond de carte », dans Manuel de cartographie. Principes, méthodes, applications, Paris, Armand Colin, « Cursus », 2016, p. 29. []
  2. René Bayart, manuscrit, collection de Jean Masounabe-Puyanne. []
  3. Ibid. []

Davye Cesbron

Spécialiste des camp de prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Aujourd'hui masterante à l'EHESS sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau. Admise au diplôme de l'EHESS à Paris "avec distinction", (Le Tuyau: journal du camp de prisonniers de Quedlinburg durant la Grande Guerre), sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau en alliant histoire et archéologie. De plus, elle travaille en collaboration avec l'historien allemand Thomas Wozniak sur les relations entre allemandes et prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Elle publie le site http://www.camp-de-quedlinburg.fr .

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Vincent dit :

    Bonjour,
    Très bon billet sur la méthodologie de réalisation d’une carte par rapport à une époque précise, merci.

    Par contre, un.e néerlandais.e vous ferait de gros yeux : la région des Pays-Bas visible sur votre carte est la Gueldre. Les Hollandes ne sont pas ici, mais plus à l’ouest, sur la cote de la mer du Nord.
    La Hollande n’est que le nom de deux régions néerlandaises sur 12 régions au total !

    • Davye Cesbron dit :

      Bonjour,
      merci pour ce commentaire et ces précisions. En effet, je me suis appuyée sur les sources de l’époque (1914-1918) citant indifféremment Pays-Bas ou Hollande en tant que pays. Depuis 2020 les autorités néerlandaises ont effectivement banni l’emploi du terme “Hollande” pour désigner leur propre pays. Je vais donc suivre leur exemple pour éviter toute confusion et me cantonner au nom de Pays-Bas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search