De prisonniers en 1914 à résistants en 1944

Fréquemment, nous sommes frappés par certains destins. Ce fut le cas avec la recherche en cours (sur les évadés de 14-18) qui m’a amené à me pencher sur le parcour de 2 amis devenus résistants lors de la Seconde Guerre mondiale.

Début de la recherche

Tout commence par la consultation d’archives contenant des dossiers d’attributions de la Médaille des Evadés (conservés au CAPM, caserne Bernadotte, à Pau). Rien d’anormal pour un historien si ce n’est l’importance du fonds réparti dans 97 cartons bien épais (cf. les cartons sur la table de la photographie ci-dessous). Les cartons sont remplis à ras bord de feuilles peu épaisses, souvent transparentes, que connaissent bien ceux qui effectuent des recherches archivistiques sur cette période.

Quelque-uns des cartons du fonds des dossiers d’attributions de la Médaille des Evadés, CAPM de Pau. Il y a encore 2 chariots pleins identiques à celui-ci.

Dans le quatrième carton, je note la présence d’un prisonnier ayant tenté une évasion depuis le camp de Quedlinburg, camp que j’affectionne particulièrement. Il s’agit du dossier de Charles Rominger, né en 1890 et capturé en février 1915 (voir sa fiche sur le site Camp de Quedlinburg).

Extrait du dossier d’attribution de la médaille des évadés de Charles Rominger, carton 4, dossier 308, CAPM (constatez au passage la transparence de la feuille).

Il a tenté de s’évader de Quedlinburg en juin 1917 avec Anselme Arrieu. C’est ce dernier qui finalement retient mon attention.

Anselme Arrieu
Anselme Arrieu,
photographie issue du site
internet de la mairie
de Villeneuve-de-Rivière

Anselme Arrieu est né en 1884 dans les Hautes-Pyrénées. Devenu adulte, il exerce la profession de marchand.

Lorsque la guerre éclate, il est mobilisé en tant que sergent-major au 88e Régiment d’Infanterie1.

Blessé par balle à l’hémithorax droit, il est fait prisonnier le 25 août 1914 à Haraucourt. Emmené en Allemagne, il est soigné dans le gymnase de Quedlinburg. C’est probablement là qu’il devient ami avec d’adjudant Gustave Gesse.

Guéri, Anselme est interné dans le camp d’hommes de troupe de Quedlinburg, au sein de la 5e compagnie. Il y fait la connaissance de l’adjudant Charles Rominger, avec qui il décide de s’évader.

Charles Rominger raconte : “Pour mettre à exécution ce projet avec le maximum de chance, nous avons demandé à partir au travail et avons été envoyés au commencement d’avril 1917 à Königerode (Saxe), dans un poste de prisonniers travaillant à la culture.
Le 28 juin à 22h profitant de l’heure tardive de la rentrée du travail, nous avons pu nous évader. Partant dans la direction de l’est pour dépister les recherches, nous reprenions une heure après la direction nord-ouest pour gagner la Hollande distante d’environ 350K. Marchant la nuit et nous reposant dans la journée durant seize jours, ne vivant de quatre biscuits par jour et d’un peu de chocolat que nous avions pu emporter, nous étions arrivés après de grandes fatigues et maintes poursuites, à hauteur de Münster Westphalie et 60 kilomètres de la frontière. Le 14 Juillet à 23h nous avons été pris dans les circonstances suivantes : marchant sous bois en longeant un chemin de terre, nous avons été surpris par un chasseur civil qui se trouvait à quelques pas de nous. Il nous somma de nous arrêter. Continuant notre route, il nous fit une deuxième sommation et s’apprêtait à faire feu; en raison de la faible distance qui nous séparait de lui et de l’état d’épuisement dans lequel nous étions, nous ne pouvions échapper à ses coups et avons dû le suivre. Il nous a remis à un garde civil qui nous conduisit à Münster. En cours de route, voulant essayer à nouveau de nous évader, le camarade Arieu a été blessé d’un coup de fusil qui l’atteint à la tête et aux jambes.
Enfermés quatre jours à Münster puis dirigés ensuite au camp de Quedlinburg, nous avons été punis chacun de cinquante six jours de cellule2
.”

Les blessures d’Anselme, consécutives au coup de fusil reçu au cours de l’évasion, sont vraisemblablement assez légères puisque nous n’en trouvons aucune mention dans les archives du CICR ni dans sa fiche matricule. Peut-être sa cicatrice au sourcil gauche provient-elle de cet incident ? Il continue en tout cas sa captivité au camp de Quedlinburg et est rapatrié en France le 30 décembre 1918.

Gabriel Gesse
Gabriel Gesse, photographie extraite de sa carte d’ancien combattant conservées aux AD des Hautes-Alpes, cote 3 R 189.

Gabriel GESSE est né en 1878 en Haute-Garonne). Il devient marchand-forain.

En 1914 il est lui aussi est mobilisé dans le 88e Régiment d’Infanterie mais en tant qu’adjudant3.

Blessé, il est fait prisonnier le 28 août 1914 à Angecourt et est transporté au gymnase de Quedlinburg avec Anselme Arrieu. Le 28 octobre de la même année, il est interné dans la 5e compagnie du camp de Quedlinburg. Il s’en évade avec un prisonnier russe, le sergent Amgel mais ils sont repris au bout de 3 jours. Ils étaient alors au sud-est de Braunlage. En punition, Gabriel écope de 28 jours de cellule.

Le 1er août 1916 il est transféré au camp de Merseburg. Il tente encore 2 fois de s’évader depuis un kommando (Abtlöbnitz), puis du camp de Merseburg proprement dit. En août 1917, il est envoyé au camp de Werben dont il s’évade le 18 octobre 1917 en tuant une sentinelle. Il franchit la frontière hollandaise après 550 km de marche couverts en 16 jours.

En juin 1927 il obtient l’autorisation de porter la Médaille des Evadés. Son dossier est lui aussi conservé au CAMP de Pau4.

D’une guerre à l’autre

En novembre 1941 un réseau de résistance, surnommé “Combat” est créé à Saint-Gaudens. À sa tête est placé un certain Blanchard qui s’avère être le nom de code de Gabriel Gesse5. Il s’entoure d’autres hommes dont son ami Anselme Arrieu.

Le réseau aide notamment les aviateurs abattus ou encore des résistants recherchés par la Gestapo à s’évader vers l’Espagne. Puis Combat est intégré à l’Armée Secrète en 1943.

Mais le 13 décembre 1943, la Gestapo vient chez Gabriel Gesse pour l’arrêter. Il se sauve par le toit. Cependant il essuie de nombreux tirs (plus de 100 balles tirées) et est blessé à la jambe. Trahi par les traces de sang laissées, il est finalement arrêté et interrogé.

Ses compagnons de résistance s’organisent et lui permettent de s’échapper dès le lendemain soir. Malheureusement, la Gestapo se venge sur son frère Auguste Gesse, qui meurt le 15 janvier 1944 à Toulouse des suites de la torture infligée.

Sitôt échappé, Gabriel est emmené chez son ami Anselme. Mais ce dernier est dénoncé, et arrêté chez lui le 17 mai 1944 au moment où il allait partir se cacher. Il est alors déporté à Dachau où il meurt le 21 décembre 1944.

Gabriel quant à lui se cache et, une fois guérit, gagne le maquis de Campels. Cependant le 19 juillet 1944, le maquis est sérieusement attaqué par les Allemands, mais les résistants tiennent bon. Le 11 août, nouvelle attaque des Allemands, au combat de Labaderque, où Gabriel Gesse s’illustre en protégeant la retraite de ses camarades.

Quelques jours plus tard, le 20 août, Saint-Gaudens est libérée et Gabriel Gesse peut rentrer chez lui. Il y meurt le 29 juin 1954.

Des cas particuliers ?

Il convient de souligner que ces parcours ne sont pas des exceptions.

De nombreux prisonniers de 14-18 ont été résistants lors de la Seconde Guerre mondiale (les données sont actuellement récoltées pour avoir des données chiffrées).

D’ailleurs, l’exemple le plus fameux est celui de Charles de Gaulle, capturé en mars 1916, qui organisera en 1941 les Forces françaises libres et chargera Jean Moulin d’organiser l’Armée Secrète.



Citer ce billet
Davye Cesbron (2023, 30 septembre). De prisonniers en 1914 à résistants en 1944. Prisonniers durant la Grande Guerre (1914-1918). Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t0sr

  1. Voir la fiche matricule d’Anselme Arrieu []
  2. fonds Médaille des Evadés, CAPM de Pau, carton 4, dossier 388 []
  3. Voir la fiche matricule de Gabriel Gesse []
  4. Carton1, dossier 33 []
  5. Marie-Louise Guillaumin “Le capitaine Gesse (18781954). Un chef de la résistance commingeoise”, Revue de Comminges, t.CXVIII, 2002, p. 267 à 275. []

Davye Cesbron

Spécialiste des camp de prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Aujourd'hui masterante à l'EHESS sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau. Admise au diplôme de l'EHESS à Paris "avec distinction", (Le Tuyau: journal du camp de prisonniers de Quedlinburg durant la Grande Guerre), sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau en alliant histoire et archéologie. De plus, elle travaille en collaboration avec l'historien allemand Thomas Wozniak sur les relations entre allemandes et prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Elle publie le site http://www.camp-de-quedlinburg.fr .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search