La captivité des femmes et des enfants à travers les photographies d’André Boudinhon (musée d’Orsay)

Annette Becker, dans son ouvrage Oubliés de la Grande Guerre, rappelle que des civils ont été déportés en Allemagne dès 19141.

Ces civils, au nombre de 180 0002, étaient au départ internés dans les mêmes camps que les militaires capturés. Puis, ils furent regroupés, pour la majorité d’entre eux, dans les camps d’Havelberg, d’Holzminden et de Ruhleben.

Parmi eux se trouvaient des femmes à l’instar de Mathilde Barré capturée à Amnéville et internée à Holzminden.

Fiche de Mathilde Badré, CICR

Afin de découvrir leur vécu, encore méconnu, l’historien peut donc s’appuyer sur les archives de la Croix-Rouge (CICR) mais également sur un fonds photographique exceptionnel.

Un fonds photographique exceptionnel

En 1992, Thérèse Alberton fait un don au musée d’Orsay. Il s’agit de 76 photographies prises en 1916 par un certain André de Boudinhon dans le camp d’Holzminden. Elles donnent à voir la vie en captivité.

Le musée d’Orsay a eu la bonne idée de les numériser afin de les rendre accessibles à tous en ligne.

Le photographe est en fait André Marie Camille Boudinhon, né à Saint-Étienne en 18773. Ingénieur, il est fait prisonnier civil à Douai et interné à Sennelager4, avant d’être transféré à Holzminden5 . Il est ensuite envoyé au sanatorium de Gothard, en Suisse6. Il semble être rentré en France en septembre 1917.

A-t-il pris ces photos de façon clandestine ? Les prises de vue ne le suggèrent pas. Le photographe a en effet pris le temps de bien cadrer les photos qui sont bien souvent prises en extérieur. Eu égard à la taille imposante des appareils photographiques de l’époque, les sentinelles ont très certainement été témoins de ces prises de photos.

Des photos de femmes captives

Toujours est-il que sur certaines d’entre elles, nous pouvons voir des femmes, plus ou moins âgées.

André Boudinhon, Six femmes assises sur les marches devant la porte du camp de prisonniers de Holzminden, 1916, musée d’Orsay, PHO 1992 20 3.
André Boudinhon, Quatre femmes dans le dortoir du camp de prisonniers de Holzmindene prisonniers de Holzminden, 1916, musée d’Orsay, PHO 1992 20 9.

Mais aussi des enfants

Plus frappant encore, des enfants sont présents dans le camp. Pourtant, ils ne sont pas cités, dans l’article de Claudine Wallart7. Nous en trouvons une mention furtive dans le témoignage du docteur Victor Carlier lorsqu’il raconte : “À Noël, on organisa une fête pour les enfants, il y eut goûter, distribution de friandises et de jouets, avec accompagnement de musique russe8”.

André Boudinhon, Femmes et enfants dans la cour du camp de Holzminden, 1916, musée d’Orsay, PHO 1992 20 66.
André Boudinhon, Cinq fillettes à l’entrée du camp de Holzminden, 1916, musée d’Orsay, PHO 1992 20 72.

Ces enfants apparaissent également sur les fiches du CICR comme Pierre Bacher (1904-?), 13 ans et sa sœur Joséphine (1907-?), 10 ans, accompagnés de leur mère Colette (1872-1944) et de leur grande sœur Lucienne (1895-1946).

Fiche de la famille Bacher, CICR

Mais, les photographies permettent de comprendre que même des bébés étaient présents dans le camp ou encore qu’une école était organisée pour les enfants internés. Autant de détails, peu connus, pour ne pas dire ignorés des autres sources.

André Boudinhon, Trois femmes portant leurs enfants, une jeune fille avec un enfant dans la chambre du camp, Holzminden, 1916, musée d’Orsay, PHO 1992 20 69.

André Boudinhon, Maître et enfants dans la classe du camp de prisonniers de Holzminden, 1916, musée d’Orsay, PHO 1992 20 8.

Ainsi, pour l’historienne que je suis, ces photographies sont-elles riches d’enseignements. Je ne peux que vous inviter à aller voir l’ensemble du fonds sur le site du musée d’Orsay.



Citer ce billet
Davye Cesbron (2024, 25 mars). La captivité des femmes et des enfants à travers les photographies d’André Boudinhon (musée d’Orsay). Prisonniers durant la Grande Guerre (1914-1918). Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w32t

  1. Annette Becker, Oubliés de la Grande Guerre. Humanitaire et culture de guerre 1914-1918, Paris, Fayard, Pluriel, 2012. []
  2. “Les prisonniers de guerre français 1914-1918”, Chemins de mémoire []
  3. Fiche matricule d’André Boudinhon, vue 580 []
  4. Fiche CICR []
  5. CICR, cote Civ 1491 []
  6. CICR, cote FS 892 []
  7. Claudine Wallart, “Déportation de prisonniers civils au camp de concentration d’Holzminden novembre 1916-avril 1917”, Revue du Nord, tome 80, n°325, Avril-juin 1998, p. 417-419. []
  8. Docteur Victor Carlier, Souvenir d’un otage du Nord”, Revue du Nord, tome 80, n°325, Avril-juin 1998, p. 433 []

Davye Cesbron

Spécialiste des camp de prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Aujourd'hui masterante à l'EHESS sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau. Admise au diplôme de l'EHESS à Paris "avec distinction", (Le Tuyau: journal du camp de prisonniers de Quedlinburg durant la Grande Guerre), sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau en alliant histoire et archéologie. De plus, elle travaille en collaboration avec l'historien allemand Thomas Wozniak sur les relations entre allemandes et prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Elle publie le site http://www.camp-de-quedlinburg.fr .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search