Retrouver un prisonnier de la Première Guerre mondiale : la Croix-Rouge ou CICR

L’expérience prouve que la fiche matricule ne comporte que rarement la mention de tous les camps où un soldat fut captif. Il convient alors de se rendre sur le site du CICR (https://grandeguerre.icrc.org/fr/) et de bien compléter les champs de recherche.

Capture d’écran des champs de recherche du site du CICR

En cliquant sur commencer la recherche, vous lancez l’ouverture des fiches. Celles-ci sont classées par ordre alphabétique. L’ouverture se fera automatiquement dans une section correspondante au mieux au nom du soldat recherché. Il convient alors de descendre jusqu’à trouver la bonne fiche.

Attention : il est assez courant qu’un même prisonnier possède plusieurs fiches. Ainsi Louis Palpied est référencé dans 6 fiches.

Les 6 fiches de Louis Palpied.
Source : CICR (https://grandeguerre.icrc.org/fr/)

En général les fiches donnent des références commençant par P, FR, FS et + (pour les prisonniers décédés) suivit d’un numéro. Il suffit de survoler la fiche qui nous intéresse. Elle va se griser et le bouton rouge “Plus d’information sur cette personne” apparaîtra. Il faut cliquer dessus ce qui nous mènera à une nouvelle page de recherche.

Extrait du site du CICR (https://grandeguerre.icrc.org/fr/)

Ici, c’est la référence P 16294 qui nous est donné par la fiche de Louis Palpied. Il suffit de la reporter dans les champs de droite. Attention : sélectionnez bien la bonne lettre ou le bon symbole dans le camp ad hoc.

Là encore, le fait de cliquer sur le bouton recherche va vous ouvrir automatiquement un document. Attention (oui encore:) pensez à survoler l’image affichée et vérifier que le numéro en haut à droite est bien le bon (16294 dans notre cas). Il arrive aussi parfois qu’un même numéro corresponde à plusieurs images. Pensez donc à descendre si nécessaire.

Extrait de la cote P 16294.
Source : CICR (https://grandeguerre.icrc.org/fr/)

Il n’y a plus qu’à rechercher dans la liste (pas toujours classée par ordre alphabétique) le nom du prisonnier qui nous intéresse. En sixième position nous trouvons bien Palpied, Louis, soldat (Gem.) Pion. 3. (3ème Régiment de Génie) gef. in (pris à) Brimont. Le haut du document nous apprend qu’il est dans le lager de Quedlinburg, 6ème compagnie. Enfin une date apparaît en rouge, celle du 13 février 1915 qui nous indique que Louis Palpied est dans le camp de Quedlinburg à cette date (il ne s’agit pas d’une date d’arrivée). Il peut parfois être intéressant de remonter un peu dans les images (16293, 16292…) en espérant avoir plus d’information comme une date précise ou une fourchette de dates d’arrivée au camp.

Il faut recommencer cette dernière recherche autant de fois que nécessaire (c’est à dire une fois par référence donnée). Vous pourrez ainsi découvrir le parcours réel du prisonnier. Par exemple, la référence FS 3192 nous apprend que Louis Palpied a été transféré en Suisse le 18 juin 1918.

Pensez également à bien lire les fiches qui contiennent parfois quelques informations. Ainsi une des fiches de Louis Palpied nous apprend qu’il était dans la baraque 35 A et une autre qu’il était atteint de pleurésie (ce qui explique son transfert vers la Suisse).

Quelques subtilités à connaître pour la recherche au CICR

Malgré les quelques “attention” prodigués ci-dessus vous n’avez pas encore toutes les clés pour mener à bien une recherche au CICR.

Il arrive en effet fréquemment qu’un prisonnier ne soit pas trouvé lors d’une recherche. Il existe plusieurs raisons à cela :

  • le prisonnier n’a jamais été recherché par sa famille et ne possède donc pas de fiche au CICR. Le recherche s’arrêtera donc ici.
  • le nom a été mal orthographié, soit par les Allemands, soit par les Suisses. Par exemple si un nom prend deux “n” ou deux “l” faite la recherche avec une seule de ses lettres.
  • le nom a été correctement orthographié, mais la fiche est “victime” d’un regroupement. Pensez donc à vérifier les noms phonétiquement proches. Essayer par exemple de trouver la fiche du soldat Mantot Othon. Vous la trouverez finalement si vous effectuez la recherche avec
     
    le nom Manteau.
  • quasi systématiquement les “n” sont regroupés avec les “u” ou inversement. Qu’est-ce-que je veux dire par là ? Que le soldat Mongélous Paul sera en fait à chercher dans les Mougelous.
  • vous ne comprenez pas le parcours du prisonnier qui semble avoir été présent dans deux camps à la fois. Il peut s’agir d’une fusion. C’est-à-dire que la fiche fusionne en fait les parcours de deux prisonniers homonymes. A vous de tout démêler.

J’espère que ces quelques clés pourront vous aider dans votre recherche.

Pour citer cet article: Davye Cesbron, "Retrouver un prisonnier de la Première Guerre mondiale : la Croix-Rouge ou CICR," in Prisonniers durant la Grande Guerre (1914-1918), 25/01/2022, https://prisonniers.hypotheses.org/484.

Davye Cesbron

Spécialiste des camp de prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Recherches sur le camp de Quedlinburg commencées en 2004. Admise au diplôme de l'EHESS à Paris "avec distinction", (Le Tuyau: journal du camp de prisonniers de Quedlinburg durant la Grande Guerre), sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau en alliant histoire et archéologie. Elle est licenciée de l'université Toulouse Jean-Jaurès en archéologie. De plus, elle travaille en collaboration avec l'historien allemand Thomas Wozniak sur les relations entre allemandes et prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Elle publie le site http://www.camp-de-quedlinburg.fr .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search