Aménagement des camps : les compagnies

Tous les camps de prisonniers ne se ressemblaient pas forcément. Ainsi ceux des officiers et des hommes de troupe étaient très différents les uns des autres. Nous nous attarderons ici sur les camps classique dans le territoire du IVe corps d’armée allemande tels que Wittenberg ou Quedlinburg.

Pour comprendre l’aménagement des camps d’hommes de troupe, il faut commencer par parler des compagnies.

Afin de mieux administrer un camp qui pouvait contenir plusieurs milliers d’homme (par exemple plus de 17 000 dans le camp de Quedlinburg) les autorités allemandes décidèrent de les découper en parties égales.

Quel nom employer ?

Ils appelèrent ces divisions des feld.

Exemple de l’entrée d’une compagnie, marquée par le petit panonceau “Feld 4”. Source : extrait d’une carte postale panoramique du camp de Quedlinburg, collection M.Dubourdieu

Dans les témoignages de prisonniers, elles peuvent apparaître sous le nom de “camp” (à différencier du Camp avec une majuscule qui désigne alors l’ensemble du camp).

Mais dans les cartes mises à disposition des prisonniers pour leur correspondance, les Allemands les désignèrent également sous le diminutif de komp. ou kompagnie que les captifs traduisirent par cie et compagnie.

Exemple de carte de correspondance portant, en bas à gauche, la mention “Gegangenen-Kompgnie” que le prisonnier a d’ailleurs omis de remplir.
Source : collection D. Cesbron

Qu’est-ce-qu’une compagnie ?

La compagnie regroupe un nombre défini de baraques. Par exemple, le camp de Quedlinburg comptait 8 compagnies. Chacune de ces compagnies comprenait 6 baraques.

Exemple du découpage du camp de Quedlinburg en 8 compagnies.
Source : D. Cesbron

Chaque compagnie était dotée de latrines placées un peu à l’écart des baraques. Un lavoir par compagnie fut également construit début 1915.

Proposition de reconstitution des 3ème et 4ème compagnies du camp de Quedlinburg, début 1915.
Source : D. Cesbron
Proposition de reconstitution des 3ème et 4ème compagnies du camp de Quedlinburg, début 1915.
Source : D. Cesbron

La compagnie n’était pas qu’un découpage administratif. En effet, chacune de ces compagnies était séparée des autres par du fil barbelé.

Exemple de séparation entre 2 compagnies marquée par des barbelés.
Source : extrait d’une carte postale panoramique du camp de Quedlinburg, collection M.Dubourdieu

 Les bâtiments (baraque, cuisine, latrines, lavoir…) seront détaillés dans de futurs billets.



Citer ce billet
Davye Cesbron (2022, 27 janvier). Aménagement des camps : les compagnies. Prisonniers durant la Grande Guerre (1914-1918). Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t0s3

Davye Cesbron

Spécialiste des camp de prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Aujourd'hui masterante à l'EHESS sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau. Admise au diplôme de l'EHESS à Paris "avec distinction", (Le Tuyau: journal du camp de prisonniers de Quedlinburg durant la Grande Guerre), sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau en alliant histoire et archéologie. De plus, elle travaille en collaboration avec l'historien allemand Thomas Wozniak sur les relations entre allemandes et prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Elle publie le site http://www.camp-de-quedlinburg.fr .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search