Vivre dans un camp : la monnaie de camp

Il peut être surprenant d’apprendre que les prisonniers avaient de l’argent sur eux. Il s’agissait pourtant d’une nécessité afin de se procurer des compléments alimentaires ou encore de quoi écrire à sa famille (encre, papier…).

Comment était obtenu cet argent ?

Les prisonniers pouvaient être employés en arbeitskommandos (des détachements de travail dépendants du camp). Le travail était alors rémunéré. Il s’agissait toutefois d’un salaire inférieur à celui des civils allemands. Ce salaire variait de 70 pfennigs à 1,50 Mark par jour en moyenne. Par exemple, Paul Bidault, travaillant dans une mine, touchait 70 à 87 pfennigs par jour en septembre 19151.

De l’argent était également envoyé aux détenus par mandats. Dans ce cas, un taux de change était appliqué. Le problème résidait alors dans les variations du taux. Elles pouvaient être bénéfique au captif : “Pour un mandat de 10 francs j’ai touché 10M30 au lieu de 9M17 en décembre2” ou être arbitrairement changées par les Allemands qui “voyant que le taux de leur argent baisse ont pris la décision de ne payer les mandats que 4M pour 5F3.”

La cantine

Cet argent était utilisé avant toute chose pour acheter des aliments à la kantine.

La cantine d’une des compagnies du camp de Quedlinburg.
Source : collection Pascal Palain

Cette cantine n’était pas une sorte de restaurant où les captifs pouvaient acheter de la nourriture préparée. Elle était plutôt à rapprocher d’une petite épicerie où le détenu pouvait trouver de la nourriture ou des fournitures diverses et variées.

Toutefois, l’achalandage de cette kantine n’était pas forcément identique d’un jour à l’autre. Il arrivait ainsi qu’elle ne propose plus de pain au grand désarroi des prisonniers français. De plus, les tarifs y étaient plus élevés que dans les commerces allemands classiques comme le précisa Charles Gueugnier (/906 ): “Les travailleurs nous rapportent aussi toutes sortes d’objets et de vivres; les prix qu’ils payent en ville ou aux alentours nous démontrent que la cantine nous vole honteusement.4

Une monnaie spécifique

Sachant cela il est plus facile de comprendre pourquoi les autorités allemandes décidèrent qu’une monnaie spécifique à chaque camp serait désormais nécessaire.

Il était en effet spécifié sur les billets : “Cet argent de camp n’est un moyen de paiement en vigueur que dans le camp et dans les points de vente qualifiés pour les commandements de travail. Le rachat n’a lieu que par le camp de prisonniers de Quedlinburg”5

Billet de 1 Mark du camp de Quedlinburg.
Source : collection D. Cesbron.

A partir du moment où les commerçants de la ville étaient obligés de se rendre au camp (souvent situé à quelques kilomètres) pour échanger cette monnaie, nous comprenons qu’ils évitaient de faire affaire avec les prisonniers. Ces derniers furent donc contraints d’effectuer leurs achats dans les cantines du camp qui pratiquaient des prix prohibitifs.

Des exemples de prix

Voici quelques exemples de prix pratiqués à la cantine et au marché noir glanés dans les témoignages de captifs.

  • Aéroplane miniature articulé artisanal de type Blériot : 7 marks pièce le 30 décembre 19146
  • Agrandissement de photo au fusain et crayon : 3 marks en mars 19167
  • Biscuits (au marché noir) : 2 marks les 10 en décembre 19168
  • Bougie : 70 pfennigs pièce en janvier 19178
  • Capote anglaise (marché noir): 8 marks en février 19158
  • Carte postale : 5 pfennigs pièce, en mars 19158
  • Chien (droit de posséder un chien) : 40 marks par animal en janvier 19168
  • Chocolat en tablette (au marché noir) : 1 mark pièce le 23 mai 19159
  • Clous de soulier : 10 pfennigs les 20 en décembre 19167
  • Confiture (petit pot) : 30 pfennigs en avril 19158
  • Couteau artisanal (au marché noir): 25 à 30 pfennigs10
  • Fourchette : 20 pfennigs pièce en mai 191511
  • Hareng salé ou hareng saur : 15 pfennigs pièce le 27 février 191510
  • Hareng salé : 35 pfennigs pièce le 15 avril 19167
  • Hareng salé : 1 mark pièce en janvier 19178
  • Huile : 3 marks la bouteille en février 19168
  • Huile (au marché noir) : 1 mark la bouteille en février 19168
  • Journal de camp (dans la majorité des cas) : 10 pfennigs le numéro de 1915 à 1918
  • Kilt écossais (au marché noir) : 6 marks pièce en décembre 191412
  • Lait : 50 pfennigs la boîte en février 191513
  • Lait : 90 pfennigs la boîte en juin 191513
  • Limonade : 10 pfennigs la bouteille en décembre 191413
  • Limonade : 13 pfennigs la bouteille en avril 191613
  • Margarine : 50 pfennigs les 250 g en février 191513
  • Margarine : 70 pfennigs les 250 g en février 191513
  • Mandoline (marché noir) : 12 marks en juillet 191613
  • Pain : 20 pfennigs la boule en janvier 191510
  • Pain : 25 pfennigs la boule en février 19158
  • Pain (au marché noir) : 30 pfennigs la boule en février 19158
  • Pain (marché noir) : 70 pfennigs les 500 g en septembre 19157
  • Photographie sous forme de carte postale : 0,15 pfennig14
  • Poires (au marché noir) : 5 pfennigs les 67
  • Poivre : 35 pfennigs le 10 g en janvier 19178
  • Salade de pommes de terre et oignons : 30 pfennigs le litre en 19148
  • Salade de pommes de terre et oignons : 1 mark le litre en août 19168
  • Souliers anglais : 35 à 40 marks en mai 19168
  • Sucre : 70 pfennigs le kilo, le 8 mars 191515
  • Sucre (vendu désormais en morceau) : 1,60 mark le kilo le 18 mars 19167
  • Tabac : 35 pfennigs le paquet en janvier 19158
  • Tabac : 80 pfennigs le paquet en février 191516
  • Veste (au marché noir) : 2,50 marks en décembre 19148
  • Vin : 4 marks la bouteille en décembre 19168

Ce petit aperçu permet de constater l’inflation rapide due notamment au blocus allié. La présence d’un marché noir est également attestée.

Les billets circulant le plus étaient donc ceux en pfennig comme nous le constatons au travers de leur usure comparée à celle du billet le plus important affichant une valeur de 10 marks.

Billet de 10 pfennigs du camp de Quedlinburg qui est plié et usé.
Source : collection D. Cesbron.
Billet de 10 marks du camp de Quedlinburg qui semble avoir très peu circulé.
Source : collection D. Cesbron.

Une autre explication

La lutte contre les évasions amena très probablement les autorités allemandes à mettre en place cette monnaie spécifique. Au départ, les Allemands se contentèrent de limiter à 15 le nombre de marks qu’un détenu pouvait avoir sur lui10.

Toutefois, les prisonniers savaient fort bien cacher leur argent et il fallut donc trouver une autre solution. La création de la monnaie de camps s’avéra efficace, car, comme le précisa Émile Pin dans son témoignage, elle “révèle trop bien votre identité.”

Mais là encore, les captifs qui désiraient s’évader trouvèrent des solutions qui feront l’objet d’un autre billet.



Citer ce billet
Davye Cesbron (2022, 27 janvier). Vivre dans un camp : la monnaie de camp. Prisonniers durant la Grande Guerre (1914-1918). Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t0s4

  1. Paul Bidault, Archives Départementales du Loiret, cote 6 NUM 48 []
  2. Paul Bidault, ibid., 15 février 1915 []
  3. Paul Bidault, ibid., 28 mars 1915. []
  4. Charles Gueugnier, Les carnets de captivité de Charles Gueugnier, 1914-1918, Toulouse, Accord édition, 1998. []
  5. Dieses Lagergeld gilt nur als Zahlungsmittel im Lager und bei den für Arbeitskommandos bezeichneten Verkaufsstelen. Einlösung erflogt nur durch das Gefangenelager Quedlinburg []
  6. Marcel Parmentier, carnets de souvenir, argonnaute.parisnanterre.fr https://argonnaute.parisnanterre.fr/ark : / 14707/a011595511479xE7oGC/from/a011595511479mgWv5E . []
  7. Charles Gueugnier, op.cit. [] [] [] [] [] []
  8. Ibid. [] [] [] [] [] [] [] [] [] [] [] [] [] [] [] [] [] []
  9. Paul Bidault, op. cit. []
  10. Marcel Parmentier, op. cit. [] [] [] []
  11. Marcel Riegel, Souvenirs de Guerre — 1914-1918, Paris, La Cause des Livres, 2008. []
  12. Charles Gueugnier, op.cit. []
  13. Ibid. [] [] [] [] [] [] []
  14. Marcel Riegel, op.cit. []
  15. Marcel Parmentier, op.cit. []
  16. Ibid. []

Davye Cesbron

Spécialiste des camp de prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Aujourd'hui masterante à l'EHESS sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau. Admise au diplôme de l'EHESS à Paris "avec distinction", (Le Tuyau: journal du camp de prisonniers de Quedlinburg durant la Grande Guerre), sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau en alliant histoire et archéologie. De plus, elle travaille en collaboration avec l'historien allemand Thomas Wozniak sur les relations entre allemandes et prisonniers de la Grande Guerre en Allemagne. Elle publie le site http://www.camp-de-quedlinburg.fr .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search